Feuilleton : Youssouf al Afif (20) : Face à ses frères après des années !





Un savoir mystérieux qui lui fait déchiffrer les rêves, une patience remarquable même en prison, une popularité rampante auprès des Egyptiens, une beauté quasi mystique… Voilà comment le pharaon voyait sans doute Youssouf après l’épisode des sept vaches maigres. Il comprenait que ce jeune homme était promis à de grandes choses et quand Youssouf demanda l’équivalent du ministère de l’Economie en guise de compensation, il y vit un signe et l’affaire était conclue.
Et voilà Youssouf devenu l’un des personnages de haut rang de l’Egypte, raffermi dans son autorité et récompensé pour sa droiture par le Seigneur. Depuis qu’il fut jeté dans le puits, les années s’étaient écoulées, tissées d’événements jusqu’à ce qu’il accède à de telles responsabilités.
Les années passèrent encore et Youssouf prenait de plus en plus d’importance en Egypte jusqu’à devenir le propre Aziz de Misr ; la plus haute fonction dans l’administration égyptienne et l’équivalent d’un Premier ministre. Les années passèrent jusqu’au jour où il eut la surprise la plus dévastatrice de sa vie...
Un jour, en plein dans le centre de collecte et de distribution du grain, il reconnut ses frères qui venaient, comme tous les autres ruraux, chercher leur part de blé, d’orge... Il mit longtemps à rassembler ses esprits et à décider de ce qu’il allait faire mais finit par prendre sa décision. Il envoya un serviteur les chercher.
Ses frères ne se firent pas prier car c’était un grand honneur d’être appelé par le Aziz et ils vinrent donc au siège de sa fonction, entrèrent auprès de lui un peu confus, ne sachant que faire de leurs mains et de leurs yeux.
Face à ses frères après tant d’années de séparation, Youssouf sentait l’émotion lui monter à la gorge et craignait que les retrouvailles ne dégénèrent en un flot de sentiments contradictoires. Mais rien de tout cela n’eut lieu car, tout simplement, ses frères ne le reconnurent pas !
Ils se comportèrent donc comme le feraient des ruraux devant leur Premier ministre quand Youssouf, après leur avoir fourni leur provision de grain, leur fit une proposition. Ils devaient amener avec eux leur demi-frère par le père. Et pour donner du sens à cette demande bizarre, il leur fit miroiter une solide récompense : ne voyez-vous pas que je donne la pleine mesure et que je suis le meilleur des hôtes ?
(A suivre…)


Manoubi AKROUT




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com