Bertrand Marchand : «Une affaire de confiance»





L'habituelle conférence de presse d’avant match du sélectionneur national a eu lieu hier matin en présence de Mondher Chaouachi, attaché de presse de la FTF, Néjib Gommidh chargé des équipes nationales et Sami Trabelsi l’entraîneur adjoint.
Bertrand Marchand a rappelé au début de son intervention que la rencontre contre le Malawi devait être la première pour l’équipe tunisienne dans sa campagne pour la CAN 2012, mais que l’ajout du Togo à la poule l’a décalée à la 3e journée.
Ensuite, il a tari d’éloges l’équipe du Malawi qu’il estime une équipe en pleine expansion, bien qu’elle n’a pas un grand palmarès, mais qui selon lui a passé une bonne CAN en disposant de l’Algérie en match d’ouverture pour perdre ensuite face au Mali et au pays organisateur, tout en montrant des qualités indéniables.
En ce qui concerne l’équipe de Tunisie il a insisté sur le fait que tout le groupe est conscient de la qualité de l’équipe adverse et que la préparation a été menée de belle manière. Il n’a pas manqué de souligner que tous les côtés ont été pris en considération, aussi bien le côté physique, technique que mental.
A la question de dévoiler les clés de cette rencontre, le sélectionneur national a insisté sur le fait que la confiance représente la clé de la réussite comme cela a été le cas face au Tchad.
En revenant sur ce match, il a indiqué que notre équipe a réussi à maîtriser l’adversaire qui n’était pas facile à manier surtout sur le plan physique. Il a remarqué que l’équipe de Tunisie a marqué 3 buts et a tiré à trois reprises sur la transversale, ce qui dénote que les joueurs étaient parfaitement dans leur tête et que le mental a répondu contrairement à la rencontre de Tunis face au Botswana.
Marchand a insisté par la suite sur l’importance du mental dans une rencontre de football en faisant référence à l’équipe d’Espagne qui a réussi à être championne du monde, grâce au mental de ses joueurs qui ont réussi également à allier expérience et fougue de jeunesse pour maîtriser les paramètres de leurs adversaires et arriver à monter sur la première marche du podium. Cela reste pour le sélectionneur national valable pour toute équipe qui veut réussir.
Abordant le chapitre des joueurs, il a indiqué qu’aux absences de Chikhaoui et Chermiti est venue s’ajouter la non disponibilité de Ben Alouane qui était retenu par son transfert à la Juventus avant d’atterrir à Cesena. Puis au début du stage, Oussama Darragi s’est présenté avec une entorse de la cheville contractée avec l’EST face à Mazembé, alors que Ammar Jmel a présenté une lésion à la cuisse et est retourné à son équipe les Young Boys. Pour ce dernier Bertrand Marchand a fait remarquer qu’il accumule une fatigue certaine, due à sa participation en 6 semaines à 11 rencontres aussi importantes l’une que l’autre, soit un rythme soutenu auquel il n’était pas habitué.
A la question de savoir comment il comptait procéder en l’absence de Darragi au milieu du terrain, l’entraîneur national n’a pas manqué de relever qu’il allait composer avec cette absence et celle de Chikhaoui, dont a-t-il remarqué, son style de jeu était dans le même registre que celui de Darragi, mais avec l’absence de l’un et de l’autre, le poussera à trouver la solution la mieux adaptée pour permettre à l’équipe de gérer la rencontre dans les meilleures conditions possibles.


Mohamed Hedi




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com