Feuilleton : Youssouf al Afif (24) : Enfin réunis !





Le double chagrin de Yaâ’qoûb (AS) pour la perte de Youssouf et pour ce qu’il pensait être l’emprisonnement de son frère prit une telle ampleur que les larmes versées sans répit finirent par jeter un profond voile blanc sur ses yeux. Ses fils ne supportaient pas de le voir ainsi attaché au souvenir de Youssouf jusqu’à l’épuisement mais Yaâ’qoûb (AS) ne voulait pas de leur aide, ni même de leur consolation mais, voyant la santé de leur père se détériorer, ils revinrent à la charge encore et encore pour qu’il reprenne foi en eux.
Et finalement, il leur confia la mission de partir vers l’Egypte pour avoir des nouvelles du jeune frère emprisonné. Pour exécuter leur mission, les frères s’introduisirent auprès de Youssouf en simples paysans qui criaient famine et qui venaient, avec une marchandise sans grande valeur, demander la charité au Aziz de Misr. Mais telle ne fut leur surprise en voyant le haut dignitaire égyptien évoquer Youssouf et son frère et ils réalisèrent soudain que le petit Youssouf était devenu le Aziz de Misr : ‘’Je suis Joseph, et voici mon frère.’’
La surprise était réussie mais gâchée par de mauvaises nouvelles apportées par ses frères. Il proposa tout de suite un remède inattendu : ‘’Emportez ma tunique que voici et appliquez-la sur le visage de mon père, il recouvrira la vue.‘’ Et c’est devant toute la famille qu’on mit la tunique de Youssouf sur le visage éteint de Jacob et que celui-ci recouvrit miraculeusement la vue. Terrassés par une telle preuve directe de la place donnée par le Seigneur à Youssouf, ses frères se prosternèrent et implorèrent le pardon de Yaâ’qoûb (AS). Il leur rpondit :’’J’implorerai pour vous le pardon de mon Seigneur. Car c’est Lui le Pardonneur, le Très Miséricordieux».
Depuis lors, les événements s’accélérèrent. Toute sa famille fit le voyage vers l’Egypte et sitôt que la caravane eut franchi la frontière de Canaan, Yaâ’qoûb (AS) dit qu’il sentait désormais l’odeur de Youssouf comme s’il était dans ses bras. L’impatience était à son apogée et lorsqu’ils s’introduisirent auprès de Youssouf, celui-ci les accueillit avec effusion et leur promit qu’ils ne se sépareront plus jamais. Il les éleva sur le trône… et toutes les personnes présentes se prosternèrent devant lui. Et il dit : ‘’Ô mon père, voilà l’interprétation de mon rêve de jadis. Le Seigneur l’a bel et bien réalisé...
(Fin)


Manoubi AKROUT




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com