Changement brusque du rythme de vie





Après les longues soirées estivales et les interminables veillées ramadanseques, les jeunes écoliers devront, à partir d'aujourd'hui, s’adapter à un nouveau rythme.
Les parents ayant des enfants qui s’apprêtent à reprendre le chemin de l’école semblent être inquiétés pour plusieurs raisons. En effet, la rentrée scolaire de cette année coïncide avec la semaine de l’Aïd et les derniers jours de l’été. Ceci dit et sans aucun doute, les pauvres parents auront du mal à motiver leur descendance et à les inciter à renouer avec le goût de l’effort et le désir d’apprendre.
«L’été suivi du mois de jeûne et le rythme de veillées nocturnes et des grasses matinées auront sans doute un impact négatif chez notre progéniture», explique Mohammed Madyouni, père de deux enfants de huit et neuf ans. Selon lui, les parents n’ont pas eu le temps de préparer leurs gamins pour la rentrée scolaire. «Franchement, je n’ai pas encore demandé à mes deux enfants de se lever tôt le matin. J’ai toujours pensé qu’il est encore tôt. Aujourd’hui, je suis à la veille de la rentrée et je ne sais pas quoi faire car je suis persuadé que demain sera un jour difficile pour toute la famille», ajoute Mohammed qui n’est pas le seul à avoir des sueurs froides en se rappelant du jour J. Fathi lmousli, de sa part ne sait pas quoi faire pour convaincre sa petite «Fattouma» de se lever très tôt demain matin pour aller à l’école. «Ma femme et moi avons tout préparé pour la rentrée. Les fournitures, le cartable et le tablier de l’école sont déjà rangés. Ce qui nous inquiète c’est plutôt le rythme qui va quasiment changer. Ma fille par exemple refuse de dormir tôt le soir et n’arrive pas à saisir qu’elle aura à reprendre le rythme accéléré de l’école. Je crois que j’aurai dû l’habituer à se coucher et à se lever tôt», dit Fathi.
Faycel Jaballah, professeur est l’un des parents qui ont déjà pensé à la rentrée depuis quelque temps. «Heureusement, ma femme et moi avons décidé d’instaurer une routine permettant à notre petit fils de six ans de se sécuriser et aussi de s’entraîner à suivre un horaire fixe auquel il sera confronté au scolaire. A cet âge, il éprouve de la difficulté à se situer dans le temps et dans l’espace, ceci l’aidera grandement», note Faycel en ajoutant que ces jeunes gamins ne sont pas supposés veiller tard durant Ramadan. «Les parents doivent priver leurs gamins des veillées nocturnes, car ça n’a aucun impact positif sur leur humeur et leur rythme de vie quotidienne», explique Faycel.
De son côté, Walid Mahjoubi est bien préparé pour la rentrée de son fils. «Chez nous, les enfants sont déjà préparés pour la rentrée depuis le début du mois saint. J’ai décidé de préparer mon fils avant que ça devienne un peu difficile. Pour le moment, je suis ravi car il a l’air d’être motivé de regagner les cours», note Walid.
Une chose est sûre : Les écoliers auront du mal à se mettre au rythme de la rentrée scolaire. En contrepartie, les parents auront un travail à mener pour les motiver et les mettre dans le bain.


Samah MEFTAH




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com