Programme national de la propreté et de l’esthétique de l’environnement : Multiplier les «villes-jardins» pour créer la «ville de demain»





M. Mohamed Mehdi Mlika, président de la Commission nationale de la propreté du milieu et de l’esthétique de l’environnement (CNPMEE), a indiqué que certaines difficultés handicapent encore la mise en œuvre du PNPEE.
Le Programme national de la propreté et de l’esthétique de l’environnement (PNPEE) lancé en 2003 a joué un rôle important dans la mise en œuvre des choix arrêtés par le Chef de l’Etat dans les domaines de la propreté et de l’esthétique des villes, villages et monde rural. M. Mohamed Mehdi Mlika, président de la Commission nationale de la propreté du milieu et de l’esthétique de l’environnement (CNPMEE), qui a exposé les différentes réalisations du programme hier lors d’une conférence de presse donnée à Tunis, a considéré, toutefois, que certaines difficultés persistent. Il a notamment souligné des lacunes au niveau de la coordination, la concertation et l’échange d’informations entre intervenants pour garantir une meilleure efficacité dans la réalisation des actions programmées.
La conférence donnée par Mlika était en fait consacrée aux réalisations du PNPEE durant la période 2004-2010. Il a noté que la mise en œuvre du point 15 du programme présidentiel 2004-2009 « pour la qualité de la vie et des villes plus belles», a nécessité la mise en place d’un plan d’action global visant la concrétisation des différents objectifs. Il a précisé dans ce cadre que la CNPMEE a accordé un grand intérêt pour impliquer les associations dans la mise en œuvre du programme en tant que partenaire à part entière. Elle a aussi ouvert de grandes perspectives devant les petites entreprises pour contribuer au programme à travers la création d’emplois verts. Plus de 2500 emplois ont été créés grâce à cette nouvelle dynamique.
Label pour les 3 villes
En ce qui concerne les projets réalisés dans le cadre du PNPEE, le président de la CNPMEE a indiqué que 23 villes des 30 villes concernées par le projet «Ville-jardin» ont d’ores et déjà obtenu le label et ce depuis le lancement du programme en 2006. Le rythme avec lequel avance le programme doit permettre d’achever cette première étape en labélisant 7 autres villes d’ici la fin de l’année en cours. M. Mlika a rappelé que ce programme ordonné par le Chef de l’Etat vise à mieux fédérer les actions liées à la propreté de la ville et son image esthétique et favoriser la promotion et la valorisation de son potentiel patrimonial. Le label «ville-jardin» est ainsi attribué à toute ville ayant répondu aux 13 conditions fixées par le programme.
Dans le cadre du même projet, d’autres labels sont attribués aux écoles, aux hôpitaux et aux hôtels. L’intervention dans les écoles concerne le label «école-jardin». Il est engagé en coordination avec le ministère de l’Education. Il vise 30 écoles comme première étape du programme qui comprend 100 écoles. S’agissant du projet «hôpital-jardin», la première étape cible les CHU situés au Grand Tunis pour toucher par la suite les hôpitaux de Menzel Bourguiba, Kairouan, Sousse, Sfax et Gabès. Le programme comprend également le label «Hôtel-jardin» et «Ville et Village fleuris».
Pour la période à venir, l’action de la CNPMEE consistera à instaurer les bases de la «ville de demain».


Hassan GHEDIRI




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com