Tunisiens et payement électronique : La confiance ne règne pas encore…





Les Tunisiens appréhendent encore l’utilisation des cartes de payement électronique en raison de l’absence de culture numérique…
Au mois d’avril dernier, les transactions par cartes monétiques ont atteint 3.668.065 pour un volume global de 394 millions de dinars. A la fin de ce même mois, le nombre de TPE installés s’est élevé à 10 933 et celui des commerçants affiliés à 13.678. Sachant que les porteurs de cartes ont dépassé les deux millions, ces chiffres montrent que l’usage de la carte bancaire reste assez limité dans notre pays. Cela dit, les Tunisiens semblent ne pas avoir «une culture monétique» malgré les efforts menés afin de les encourager.
«Sans l’ombre d’un doute, le Tunisien est loin d’utiliser sa carte bancaire en dehors du retrait d’espèces» affirme Noureddine Jallouli, fonctionnaire. «Pour moi par exemple, rien ne garantit que la TPE fonctionne. Les rares fois, où j’ai demandé à payer par le biais de ma carte monétique, on m’a répondu que la TPE ne fonctionne pas suite à un problème de réseau. Franchement, je n’ai pas confiance en ces transactions», ajoute Noureddine, qui n’est pas le seul à ne pas avoir confiance au payement par carte bancaire. Lamia Allouche, médecin affirme aussi qu’elle n’a plus confiance en toute transaction par carte bancaire. «J’ai souffert à plusieurs reprises de fraudes bancaires. A chaque fois que je fais attention à mon extrait bancaire, je découvre une erreur quelque part. Sincèrement, je ne vois aucune utilité à payer mes factures ou à acheter quoi que ce soit par carte monétique. De plus, je pense que les autorités concernées ne font pas autant d’effort pour instaurer la culture monétique chez la population», explique-t-elle.
Layla Baccouche, institutrice est du même avis. Elle pense que les clients sont encore insuffisamment informés concernant l’utilité véritable du payement par carte et les méthodes de vérification du bon fonctionnement des TPE. «Pour nous autres Tunisiens, la relation avec la banque connaît toujours des hauts et des bas. Pour cela, nous avons tout le temps peur de l’efficacité des technologies mises en place en matière de sécurisation de ces transactions», note-t-elle.
Même s’il n’est pas vraiment convaincu par les opérations à travers la carte bancaire, Nabil Chamtouri, enseignant, s’en sert quand même. «A vrai dire, je pense que la monétique est devenue un mal nécessaire. Comment ? La raison est simple. On se retrouve souvent dans des cas d’urgence d’où on ne peut se sortir qu’en se servant de la carte monétique. Ceci m’est arrivé plusieurs fois en payant les factures de la Sonede ou de la Steg. Je me suis trouvé pressé et j’ai choisi de payer par carte au lieu de rentrer et payer ultérieurement».
Loin des avis s’opposant à l’utilisation de la carte monétique pour les achats et le payement des factures, il est indéniable que grâce à ces cartes qui évitent le recours aux chèques ou à l’espèce, la vie des usagers devrait être plus facile. Pour cela, la confiance doit régner.


Samah MEFTAH




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com