Programme de formation certifiante en langues étrangères : Les langues, au service de l’employabilité





Le ministère de la Formation professionnelle et de l’emploi a organisé hier, à la Cité des sciences de Tunis, une journée d’information  afin de promouvoir son nouveau programme national de formation certifiée en langues étrangères, dédié aux diplômés du supérieur.
Ont pris part à cette manifestation, nombreux représentants du secteur professionnel et surtout les centres d’appel, ainsi que bon nombre de diplômés de supérieur à la recherche d’emploi (750 demandeurs d’emploi).
Le programme en question est une formation certifiée en langues étrangères, mis en place au profit des titulaires d’un diplôme universitaire, en vue d’améliorer l’employabilité et de faciliter leur insertion dans les entreprises qui offrent des opportunités d’emploi nécessitant la maîtrise des langues étrangères. Le programme est dispensé dans la langue choisie et concerne les domaines d’affaires, des technologies et ceux en relation avec le monde des entreprises. Les sessions de formation sont sanctionnées par des certificats établis conformément aux normes internationales. Quatre langues sont dispensées, à savoir le français, l’anglais, l’italien et l’allemand.
Ce programme est dédié aux titulaires d’un diplôme universitaire, inscrits dans l’un des bureaux d’emploi et du travail indépendant. Les professeurs chargés de former les diplômés sont tous Tunisiens, mais le ministère est en train de négocier avec quelques professeurs étrangers afin de dispenser des cours pour ce programme.
Afin de promouvoir son programme, le ministère a déjà signé des conventions avec les entreprises afin de favoriser l’intégration des diplômés ayant suivi la formation dans le milieu professionnel. Des accords avec AMIDEAST, British Council, l’Institut français et allemand de coopération, ainsi que le centre culturel italien ont été signés.
Les intervenants ont tous mis l’accent sur l’importance de la maîtrise des langues étrangères, devenues nécessaires pour pouvoir décrocher un travail, surtout avec la prolifération des centres d’appel, considérés aujourd’hui comme une solution importante en termes d’employabilité pour les jeunes diplômés.
Les diplômés tunisiens ont, comme l’ont affirmé la plupart des intervenants, besoin d’acquérir un répertoire lexical riche afin de conquérir tant le marché local (face à la mondialisation et l’attirance de la main-d’œuvre étrangère) que les marchés étrangers.
L’objectif du ministère est d’atteindre 15 mille adhérents à ce programme ; on compte actuellement un peu plus de six mille diplômés inscrits (un peu plus de 30% pour la langue anglaise).
Quelques uns des diplômés suivant actuellement la formation (la première session a démarré le 15 juin dernier) ont témoigné de leur satisfaction du niveau des études et de l’encadrement qu’ils reçoivent. Reste à noter que ce programme est axé essentiellement sur l’oral, lacune majeure des Tunisiens, selon les intervenants.
Les frais d’inscription sont de 100 dinars ; les diplômés issus des familles nécessiteuses bénéficieront de la gratuité de l’inscription.
Le programme national de formation certifiante en langue étrangère s’annonce prometteur, surtout avec les conventions signées avec les professionnels. Il faut cependant attendre le 15 octobre (date de la première promotion) pour confirmer son apport concrètement.


Meher KACEM




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com