L’Alzheimer en Tunisie : Une maladie en pleine expansion





Les études évoquent le nombre de 20.000 personnes atteintes d’Alzheimer en Tunisie.
Mais la prévalence de cette maladie serait plus importante...
Maladie incurable et invalidante symbolisant le vieillissement de la population, l’Alzheimer gagne du terrain auprès de la population tunisienne âgée de plus de 60 ans. Les données du ministère de la Santé publique, publiées à l’occasion de la célébration de la Journée nationale d’Alzheimer, font état de quelque 20.000 cas confirmés. L’Association Alzheimer-Tunisie, dont l’objectif est de contribuer à l’amélioration de la prise en charge des personnes atteintes par cette affection neuro-dégénérative et d’assister leurs familles, estime, toutefois, que la prévalence de la maladie est beaucoup plus élevée au regard de l’importance du sous-diagnostic, notamment dans les régions intérieures et les zones rurales. C’est que les patients tardent souvent à consulter et les médecins ont du mal à établir ce diagnostic d’emblée, les premiers symptômes n’étant pas très spécifiques de l’Alzheimer. «10% de la population de 60 ans serait atteinte de cette maladie qui menace de devenir un véritable problème de santé publique», relève le Pr. Riadh Gouider, neurologue à l’hôpital Razi.
A l’échelle mondiale, les chiffres sont effrayants : 35.6 millions de personnes sont actuellement atteintes de la maladie d’Alzheimer. Elles seront au nombre de 65.7 millions en 2030 et de 115.4 millions en 2050, selon les projections de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS).
Un cauchemar
Les spécialistes définissent l’Alzheimer comme étant une maladie neuro-dégénérative qui affecte la mémoire, la pensée, le comportement et l’émotion. «La maladie d’Alzheimer est, en fait, une dégénérescence des structures nerveuses et une altération des fonctions cognitives du cerveau», explique le Pr. Gouider. Ses premiers symptômes sont la perte de la mémoire, qui se manifeste à travers quelques oublis de ce que l’on vient de faire ou de dire. Cela peut devenir parfois dangereux quand par exemple, on laisse son repas brûler sur le gaz au risque de faire «sauter» tout l’appartement. Les symptômes du début ne sont pas graves, mais cela empire durant des années jusqu’à oublier tous ses proches et sa propre identité.
Outre la perte de mémoire, d’autres troubles peuvent apparaître comme les troubles de langage (aphasie), de la capacité motrice (apraxie), de l’habilité à reconnaître les objets (agnosie). Ces différents troubles sont souvent vécus comme un cauchemar pour la personne qui est atteinte de la maladie d’Alzheimer car elle voit ses facultés disparaître progressivement jusqu’à entrer dans la démence sénile. C’est pourquoi il faut accompagner ces seniors en difficulté.
Avoir une personne atteinte d’Alzheimer à la maison est aussi une épreuve difficile pour l’entourage du patient. Les rapports internationaux révèlent, en effet, que, de 40 à 75 % des «aidants» (Ndlr : accompagnateur), souffrent de maladies psychologiques importantes. C’est pourquoi, les spécialistes plaident désormais pour le traitement des patients dans des centres médicaux spécialisés.


Walid KHEFIFI




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com