Aujourd’hui, les 3 coups : L’E.N. pour… réapprendre





Jamais un Championnat du monde n’est si mal tombé pour le volley-ball tunisien. Une joute internationale qui aura lieu juste à côté, en Italie, où notre six national jouerait presque chez lui devant des milliers de tifosis.
Malheureusement, notre équipe nationale ne prendra part à cette première manifestation mondiale que pour préparer un hypothétique championnat arabe et un championnat continental. Ça frise l’irrationnel, mais c’est la réalité amère et dure puisque notre volleyball a besoin de temps et de moyens pour sortir de la torpeur où on l’a laissé végéter. Et dire qu’il n’y a pas longtemps (2006), on se qualifiait en Championnat du monde au second tour, tandis que, et quasiment en même temps, on prenait part au championnat arabe, au Bahrein, avec une deuxième équipe nationale qui triompha en toute logique devant les premières équipes nationales arabes. Nous aimerions tant faire montre d’un minimum d’optimisme, somme toute, légitime en sport. Malheureusement, les dernières informations concernant notre équipe nationale ne sont guère rassurantes. Des joueurs indisciplinés (au dernier et nième stage) et des sanctions d’exclusion qui tombent la veille du départ. Non, tout çà n’est pas bien géré et on aurait pu certainement mieux faire côté encadrement. Toutefois, nous ne pouvons passer sous silence les efforts de tout un groupe de jeunes qui n’ont pas rechigné à la souffrance et aux sacrifices pour se préparer à la meilleure des tâches : ramener le volleyball tunisien dans la cour des grands sous la houlette d’un entraîneur tunisien n’ayant plus rien à prouver, Fethi Mkaouar, qui a retenu les joueurs suivants:
Anouer Taouerghi, Niaz Sallemi, Ahmed Kadhi, Marouène Garci, Mohamed Ben Slimen, Hamza Nagga, Ismaïl Moalla, Haykel Jerbi, Amen Allah Hmissi, Hichem Kaâbi, Aymen Karoui, Nabil Miladi.
Revenons au Championnat du monde Italie 2010. Il aura lieu du 25 septembre au 10 octobre et verra la participation des grands monstres de la balle bicolore. Le spectacle sera de très haute facture mais il nous faut certainement vous édifier sur la nouvelle formule établie par la FIVB, qui prend un réel plaisir à en changer à chaque championnat.
Formule de la compétition
Vingt-quatre pays prennent part à ce championnat du monde, répartis en six poules de quatre. La compétition se jouera en trois tours avant les deux dernières étapes à savoir les demi-finales et la finale. Le premier tour verra les équipes de chaque poule jouer un mini-championnat en aller simple. L’équipe classée quatrième quittera irrémédiablement la compétition. Et nous voilà au deuxième tour qui verra les dix huit pays répartis encore en six poules, constituées chacune de trois pays seulement. Chaque équipe rencontrera les deux autres en aller simple. Encore une fois les derniers classés rentreront chez eux. Les douze équipes restantes entameront, ouf, le troisième tour, réparties en quatre poules de trois chacune. Et re-championnat en aller simple. Les premiers de chaque poule, joueront les places de 1 à 4, les seconds, les places de 5 à 8, et les troisièmes, enfin, de 9 à 12. Toutes ces compétitions se feront suivant la formule demi-finale et finale.


Mondher JEBENIANI




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com