Dans les coulisses





Nouri Bouzid, Président de jury à Abou Dhabi
Quelques jours avant la levée du rideau sur la 23e édition des Journées Cinématographiques de Carthage, du 23 au 31 octobre, nos cinéastes semblent avoir la cote auprès d’autres manifestations cinématographiques. Après Salma Baccar qui sera parmi le jury de la 8e édition du festival de Tanger, c’est à Nouri Bouzid d’être le président du jury des «courts-métrages» du festival cinématographique international d’Abou Dhabi qui se tiendra du 14 au 23 octobre. Pour cette 4e session, la section des courts-métrages comportera 47 œuvres de 25 pays.

«Un conte de faits» à Kazan
Primé à maintes reprises, le documentaire «Un conte de faits» de Hichem Ben Ammar vient d’être projeté à la 6e session du festival du cinéma islamique de Kazan en Russie, organisée du 15 au 19 septembre. Lancée suite aux événements du 11 septembre dans l’objectif de promouvoir l’image véritable de l’Islam et des Musulmans, la manifestation a été marquée depuis sa création par la programmation de nombreux films arabes de Tunisie, d’Algérie et d’Egypte. Notons que le grand prix de la 6e édition a été décerné au film égyptien «Un… Zéro» (Wahed… Sifr).

Hommage à Chabrol
Avec «Bellamy», l’hommage au réalisateur, cinéaste et acteur français Claude Chabrol a été lancé, le 22 septembre à la salle « CinémAfricArt ». Organisé par l’Institut français de coopération (IFC), le programme de la rétrospective comporte la projection de quelques œuvres maîtresses du cinéaste français, à savoir «Le beau Serge», «Mme Bovary», «Poulet au vinaigre», «Violette Nozière», «Une affaire de femmes», «La cérémonie» et «Merci pour le chocolat», films qui permettront aux cinéphiles d’apprécier le travail mené par l’artiste durant un demi-siècle. Notons que ces projections auront lieu également à Sousse et à Sfax et que les débats organisés autour des œuvres au «CinémAfricArt» seront animés par le critique du cinéma Tahar Chikhaoui.

Bientôt «Hors-la-loi»
Le récent film de Rachid Bouchareb «Hors la loi» sortira sur les écrans de nos salles obscures, juste après les Journées Cinématographiques de Carthage, où le film sera projeté en avant-première. Suscitant une grande polémique lors de sa projection à la 63e édition du festival de Cannes, puis lors de sa sortie officielle sur les écrans français, le film dépoussière quelques pages de l’histoire de l’indépendance de l’Algérie.


I.A.




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com