C.A.: Et si c’était la faute des dirigeants ?





Les jours passent et se ressemblent terriblement au Club Africain. Les crises se succèdent d’une manière à laisser penser qu’il y a quelque chose qui ne tourne pas rond au Parc A.
Les derniers événements vécus par le Club Africain prouve, encore une fois, que le BD du club a encore du pain sur la planche et doit impérativement réviser sa façon de gérer l’un des plus grands club de Tunisie.
En effet, le limogeage de l’entraîneur adjoint Adel Sellimi, la drôle de manière de ce limogeage plutôt, montre à quel point le BD du CA est désordonné. C’est le président de la section foot qui a demandé, samedi soir, à Sellimi de démissionner. Chose que Sellimi a refusé catégoriquement. Lundi, Adel Sellimi revient au sein du staff technique du Club Africain, et là c’est le chaos total au sein du club. D’un côté, Mounir Balti, président du club par intérim affirme que la décision du licenciement de Sellimi est une action solitaire de la part d’un dirigeant en colère suite au match nul concédé face à l’AS Marsa (et on ose tout de même parler de professionnalisme), d’autre part, Zine El Abidine Oueslati, porte parole du club affirme que Sellimi n’a jamais été limogé et que la décision n’est pas officielle (comme si le président de la section foot ne prend pas des décisions officielles).
Entre ces deux déclarations, Kaïs Yaâcoubi affirme avoir été contacté par Mounir Balti afin d’occuper le poste d’entraîneur adjoint ; Oueslati affirme toujours que ce sont des décisions solitaires qui ne prennent pas une tournure officielle !
Dans une pareille anarchie, comment demander aux joueurs de ramener des points et faire de bonnes prestations ?
Et comme si tout cela ne suffisait pas, les dirigeants clubistes, la totalité, ont déserté les entraînements du lundi. Là c’est la politique de l’autruche pure et simple.
Le début catastrophique des camarades de Dhaouadi devient alors une cause à conséquences. Les erreurs des dirigeants ont porté préjudice à l’ensemble du club, avec des décisions pour le moins paradoxales, sinon comment expliquer que Mounir Balti affirme d’un côté que Akrout évoluera avec l’équipe Espoirs parce qu’il a joué, selon lui, contre l’ASM sans conviction, de l’autre côté, il affirme ne pas se mêler des côtés techniques quant à la participation de Mallajila !
Les erreurs des dirigeants clubistes ne s’arrêtent pas en si bon chemin. Les affaires Essifi, Traoré, Ben Yahia, Hervé Kembou et Abderrazek Ben Saida (ils ont tous quitté puis rejoint le club) montrent à quel point les dirigeants clubistes ont du mal à gérer un groupe qui, techniquement, a un potentiel énorme.
Pis encore, Mounir Balti affirme que le club a une stratégie afin de donner aux jeunes leur chance, mais on se demande où sont les Hadhria, Gustavo, Akremi et compagnie. Tout laisse à penser que certains joueurs sont intouchables au sein de l’équipe première malgré leur rendement catastrophique.
Après tout cela, comment demander aux supporters clubistes de ne pas mettre des bâtons dans les roues de ces dirigeants ? Le boycott devient à ce moment là un comportement légitime.
Par ailleurs, les sections jeunes du club ont cartonné ce week-end dans leurs championnats respectifs en remportant tous les matchs, d’abord face à Béni Khaled qui a perdu en minimes et cadets. Les minimes B ont remporté leur match sur le score de 10-0), alors que les juniors ont battu la Marsa dans le championnat de la catégorie sur le score de 2-0. Comme quoi, y a toujours de l’espoir au Parc A.

Meher KACEM

Sellimi, de nouveau écarté !

Adel Sellimi a manqué les entraînements d’hier matin. Dès qu’on a appris la nouvelle, nous avons contacté le porte parole du CA, maître Zine El Abidine Oueslati qui a déclaré ce qui suit : «C’était prévu que Adel Sellimi reprenne ses fonctions aujourd’hui (mardi matin, ndlr), mais il ne s’est pas présenté à ce rendez-vous. Officiellement il est toujours entraîneur adjoint au Club Africain, cependant, et suite à ses déclarations qui ont touché le Comité directeur du club dans l’émission Stade 7, le CD, très affecté par ces allégations, compte convoquer Sellimi pour lui demander des explications quant à ses propos, jugés trop osés. Il sera ainsi traduit devant le Conseil de discipline et des sanctions seront prises à son encontre qui pourraient aller jusqu’au licenciement».
Affaire à suivre.


M.K.




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com