Radès: 15 ans de prison pour le soulard qui a tué son compagnon





Le tribunal de première instance de Tunis a rendu son verdict dans l’affaire du meurtre survenu au mois d’avril dernier et dont la victime est un jeune homme retrouvé mort dans la forêt de Radès. L’accusé a écopé de quinze ans de prison. Les faits, rappelons-le, ont éclaté suite à la découverte d’un corps portant les traces de blessures au niveau du cou et du bas-ventre.
Le médecin légiste avait conclu à une mort provoquée par une arme blanche. Une enquête a été ouverte et les recherches menées par les agents de l’ordre ont révélé que le meurtrier, un homme âgé d’une quarantaine d’années, a proposé à la victime d’organiser une beuverie dans la forêt de Radès, gouvernorat de Ben Arous.
Les deux hommes se sont approvisionnés en alcool chez un marchand clandestin avant de se rendre sur les lieux. Et voilà qu’au fur et à mesure, les deux soulards se sont mis à parler de tout et de n’importe quoi jusqu’à ce qu’ils ont évoqué leur vies conjugales. C’est alors que le meurtrier a avoué à la victime qu’il trouvait sa femme très séduisante. Sa manière de parler ne laissait aucun doute qu’il s’intéressait à elle pour autre chose et non pas par simple courtoisie. Pourtant, la victime n’a pas émis d’objection, du moins selon les déclarations de l’accusé. Cela a encouragé le meurtrier de continuer sur la lancée en exprimant son admiration pour certaines parties du corps de la dame en question. Et comme c’était lui qui payait le vin, il a pensé que son  compagnon ne voyait pas de mal à ce que tous les deux aillent continuer leur beuverie chez la victime. Et c’est à instant là que la victime a réagi violemment en refusant la proposition du meurtrier.
La discussion prit ainsi une autre tournure et le meurtrier a avoué à la victime qu’il entretenait une liaison avec sa femme. Eclata, alors, une violente bagarre et dans la mêlée, le meurtrier a tiré un couteau avant d’asséner plusieurs coups qui ont atteint le coup et le bas-ventre de la victime.
Pris de panique à la vue du sang qui coulait à flot du corps de la victime, l’accusé a pris la fuite avant qu’on découvre le lendemain le cadavre. Le meurtrier qui avoué les faits a été inculpé de meurtre. Il a été traduit devant le tribunal de première instance de Tunis qui l’a condamné à quinze ans de prison.


Habib Missaoui




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com