L’E.N. éliminée dès le premier tour: Le dur apprentissage





Jamais le Six national ne nous a paru si fébrile, si déséquilibré, bref, si modeste. Lors des trois matches joués en Italie, l’EN n’a jamais donné l’impression de pouvoir se hisser à la hauteur de l’événement.
La classe et la supériorité de nos adversaires, le Brésil et le Cuba notamment, ne peuvent occulter des défaillances criardes et gravissimes puisqu’elles concernent la technique individuelle de quasiment tous les joueurs. Seul Hichem Kaâbi a réussi à s’imposer. Même la dernière sortie, face à l’Espagne nous a laissés sur notre faim.
En d’autres temps, nous aurions remporté le match sans coup férir, et assurer par conséquent le passage au deuxième tour. L’heure est grave. Notre Six national n’a visiblement pas l’étoffe d’un virtuel champion arabe ou africain. Jamais notre volley-ball n’a été si faible. Même les prochains crûs n’étancheront pas si vite notre soif légitime de titres.
La Direction technique et le staff national ne peuvent être placés que devant une obligation de moyens et non de résultats. Il faut sortir notre volley-ball du gouffre. Des états généraux du volley-ball tunisien s’imposent. Il nous faut sauver un sport capable de hisser l’étendard tunisien sur les plans africain et arabe. Ne dilapidons pas cet acquis.
Revenons, au championnat du monde, Italie 2010. La Tunisie a donc livré trois matches soldés par trois défaites:
Brésil-Tunisie (3-0)
Cuba-Tunisie (3-0)
Espagne-Tunisie (3-1)


Mondher JEBENIANI




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com