Vie des partis et des organisations





UDU: Ahmed Inoubli : «La lutte contre la normalisation avec les sionistes, est un processus continu»
Le siège de l’UDU a abrité hier une conférence de presse tenue pour expliquer les tenants et les aboutissants de la Journée nationale de la lutte contre la normalisation avec l’entité sioniste, annoncée pour demain.
M. Ahmed Inoubli, Secrétaire général de l’Union démocratique unioniste (UDU), a expliqué que «l’idée de cet appel a été lancée le 21 octobre 2009 lors de la campagne électorale des élections, présidentielle et législatives». Il a souligné que «le choix de cette date n’est pas fortuit. Il correspond à la commémoration de l’agression sioniste contre Hammam Chatt le 1er octobre 1985, quand la machine de guerre israélienne s’est attaquée à la Tunisie en violation de toutes les réglementations internationales. Des victimes palestiniennes et tunisiennes sont tombées et les sangs, palestiniens et tunisiens, se sont mélangés. Nous n’avons pas trouvé de meilleure date pour marquer notre attachement à la cause palestinienne et notre fidélité à la ligne de lutte pour récupérer la Palestine occupée. La lutte contre la normalisation avec l’entité sioniste concrétise ces idéaux de l’UDU et de tous les militants et sympathisants de la cause arabe».

Coordination
M. Inoubli n’était pas seul à la tribune. Il y avait également M. Ayachi Bsayhia, membre du bureau politique du Parti de l’unité populaire (PUP), M. Ahmed Kahlaoui, président du Comité national de défense de la Palestine et de l’Irak ainsi que M. Lassaâd Ben Hassine, Secrétaire général du Syndicat des écrivains, relevant de l’UGTT.
M. Inoubli a expliqué que d’autres partis et organisations ont exprimé leur soutien à l’appel de l’UDU. Ainsi, à l’échelle locale, le Mouvement des démocrates socialistes (MDS), le Parti social libéral (PSL) et le Syndicat national de l’enseignement secondaire, ont déjà manifesté leur appui à cet appel. A l’échelle maghrébine, le Centre de la mémoire nationale au Maroc, a apprécié le projet et appelé à synchroniser les efforts pour que l’initiative devienne maghrébine. Sur le plan arabe, le parti de l’Union démocratique unioniste au Soudan a affirmé l’intention de célébrer cette manifestation au Soudan. Ce parti est représenté au parlement et au gouvernement.

Succession ouverte
En réponse à une question d’un journaliste sur la fermeture des espaces contre d’autres initiatives au sein de l’UDU, M. Inoubli s’est dit «fier que cette diversité d’idées ait lieu lors de son passage à la tête du parti. N’est-ce pas un signe de démocratie ?», ajoutant que «puisque des membres de l’UDU peuvent avancer de tels propos, c’est que toutes les initiatives sont permises. Mais chaque initiateur doit batailler dur pour arracher l’aval des militants. Nul ne peut le lui assurer».
Concernant son éventuelle candidature pour le prochain congrès, M. Inoubli a affirmé «être au service du parti. Si mes camarades, qui m’ont soutenu pour être élu Secrétaire général, m’ont renouvelé leur confiance, je suis prêt à assumer cette tâche. Autrement, je continuerai à militer dans les autres structures de l’UDU, étant convaincu de ses principes. Peu importe ma position».
Association Tourath : Colloque international sur «patrimoine, entreprises et créativité»
L’Association tunisienne pour la sauvegarde des musées et des sites archéologiques «Tourath» poursuit ses préparatifs pour la tenue, les 28 et 29 octobre prochain, de son colloque international sur le mécénat culturel ayant pour thème «patrimoine, entreprises et créativité», qu’elle tiendra conjointement avec l’Agence de co-développement franco-tunisien (ACFT).
Pour présenter ce colloque, M. Rejeb Elloumi, principal parrain de Tourath, explique que : «Notre association œuvre pour la synergie entre les sociétés et leur environnement socioculturel par le biais du patrimoine. La Tunisie dispose de plus de 3.000 ans d’histoire et d’innombrables sites archéologiques, architecturaux et culturels, présentant des potentiels de développement et nécessitant des mises à niveau. Lesquels objectifs pouvant obtenir le soutien des entreprises à travers le mécénat. Les entreprises peuvent contribuer aux objectifs de mise en valeur du patrimoine. Ces activités leur permettent de conforter leur identité, d’augmenter leur créativité, et de bénéficier d’une image positive et citoyenne».


Mourad SELLAMI




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com