«Prix Zoubeïda Béchir»/ Les chemins de la consécration





«Le Prix Zoubeïda Béchir» est un Prix qui a été créé par le Centre de la Recherche, d’Etudes, de Documentation et d’Information sur la Femme (CREDIF) pour récompenser les créatrices et les chercheuses. L’année 2003 a été féconde. Plusieurs ouvrages ont vu le jour. Pionnière des poétesses tunisiennes, Zoubeïda Béchir a marqué le mouvement littéraire tunisien. A elle, on doit la sortie du premier recueil de poèmes signée par une femme. «Nostalgie» (Hanin), publié en 1968, a été une révolte. Raison pour laquelle, le CREDIF a opté pour la création d’un Prix pour honorer cette poétesse-militante mais aussi pour mettre en valeur les meilleures productions littéraires et scientifiques. Une manifestation qui se tient, chaque année, dans le cadre de la célébration de la Journée mondiale de la femme. Créé en 1995, ce Prix a su atteindre ses nobles objectifs et encourager les femmes à produire dans les domaines de la créativité littéraire et de la recherche scientifique. Le nombre des publications de l’année 2003 en témoigne : 130 titres en langues arabe et française appartenant à des différents genres d’écriture en sont la récolte. Mais qui sont les lauréates? Le Prix de Zoubeïda Béchir pour la création littéraire en langue arabe a été décerné à la romancière Hadidha Karabibène pour son nouveau roman «Douroub Al-Firar» (Les chemins de l’évasion). La romancière Esma Harrouch a su décrocher avec son roman «Chems», le Prix de la création littéraire en langue française. Côté études et recherches scientifiques, «La passion et l’écriture : une lecture dans l’héritage» de Raja Ben Slama a convaincu le jury par sa méthodologie aussi bien que l’originalité du sujet traité dans une fine langue arabe. Quant aux meilleures études et recherches scientifiques en langue française, le Prix a été décerné à deux femmes qui ont excellé dans ce domaine : Jélila Béhi pour son essai «Sans contrainte : l’Islam au féminin» et Fathya Barouni Ben Sédrine pour son ouvrage «De la mémoire de l’avenir : la corporation des chaouachias de Tunis-mémoire d’un essor et enjeu de développement de l’entreprise aujourd’hui». Notons que le Prix Zoubeïda Béchir pour les études sur la femme a été retiré. Alors, chères créatrices à vos plumes! Imen Abderrahmani


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com