Une victoire heureuse mais précieuse





Togo : 1 – Tunisie : 2
Dans un match piège où tout pouvait basculer d’un côté comme de l’autre, l’expérience des Tunisiens a prévalu pour glaner trois points très précieux et se relancer pour la qualification...


De notre envoyé spécial à Lomé, Kamel Zaïem
Pourtant, ça n’a pas bien marché pour les Aigles de Carthage qui ont été, parfois, débordés par de jeunes et très prometteurs «Eperviers». Le dispositif mis par Bertrand Marchand n’a pas permis de prendre l’initiative et on avait l’impression qu’en phase offensive, les Tunisiens jouaient sans milieu de terrain. Dhaouadi devait à chaque fois revenir derrière pour couvrir Jmel qui, lui, ne pouvait être très utile, n’était pas un arrière-gauche de métier. Le 4-2-3-1 préconisé par Marchand n’a pas bien fonctionné et ce sont les Togolais qui se sont montrés les plus organisés et surtout les plus menaçants. Pour leur grand bonheur, les Tunisiens ont fait preuve de plus de réalisme en profitant de leur première occasion de but pour ouvrir le score grâce à un éclair de Ben Khalfallah et, encore une fois, un but de Jomaâ. L’égalisation togolaise par l’intermédiaire de Mani, quelques petites minutes après, est venue confirmer la fragilité de cette équipe tunisienne qui a beaucoup souffert au cours de la première mi-temps.
Marchand le reconnaît volontiers : «Ça n’a pas bien marché au début et il a fallu changer le positionnement de quelques joueurs pour améliorer notre jeu offensif. A la reprise, nous avons été meilleurs et nous avons pu nous imposer face à un redoutable ensemble togolais. Mentalement, nous étions les plus forts, mais il va falloir travailler davantage pour éviter ces durs moments de déconcentration qui nous coûtent des buts».
Un réglage payant
La seconde mi-temps a été effectivement meilleure que la première. Les changements opérés, avec l’incorporation de Darragi et Chermiti, ont donné plus de poids à la manœuvre offensive. De même, le replacement des pivots, Korbi et Traoui, a aéré le jeu et permis de développer plus d’actions offensives dangereuses. Cette seconde mi-temps a été plus équilibrée et les deux équipes ont eu des opportunités pour l’emporter, surtout du côté togolais, comme le regrette leur coach français Thierry Froger : «Nous avons dominé de bout en bout et les occasions de but n’ont pas manqué. L’équipe est jeune et elle a manqué de métier alors que les Tunisiens en avaient beaucoup plus et c’est leur expérience qui a fait la différence».
Le but de Chermiti, suite à une belle passe de Darragi, est venu sauver les meubles côté tunisien, et cette victoire, obtenue au bout d’un match difficile, va relancer les Aigles de Carthage qui vont pouvoir travailler et préparer leur prochain déplacement au Botswana dans de meilleures conditions.



Jemaâ, dans l’histoire
C’était attendu et prévisible. Issam Jemaâ qui enchaîne régulièrement les buts, a fini par s’approprier le titre de meilleur buteur de l’EN.
Dimanche à Lomé, il était au rendez-vous avec l’histoire. Tel est devenu le recordman au niveau des réalisateurs avec 22 buts en 53 sélections laissant derrière lui Dos Santos qui aura savouré son titre durant deux ans (2008-2010).
Issam Jemaâ (26 ans) a marqué régulièrement au moins une fois pendant chaque année depuis 2005.


A.D.




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com