Enfants solitaires : Cherchons les raisons





Plusieurs enfants ont tendance à s’isoler. Ils refusent de se faire des amis. Ils restent introvertis et solitaires. Comment les aider à sortir de leur solitude ?
Il est tout le temps dans les jupes de sa maman ou suit son père à la trace… Lorsque des enfants de son âge sont dans les parages, il fait une moue de dépit et demeure dans son coin… Il reste cloué dans sa chambre ou s’immisce souvent dans les affaires des «grands». A l’école, il est souvent seul. Il ne parle pas avec ses camarades de classe. Il n’invite jamais personne à la maison et personne ne l’invite en retour…. Pourtant, l’amitié est une composante essentielle dans la vie d’un enfant ! Pourquoi certains enfants restent-ils solitaires ? Faut-il les aider à sortir de leur cocon ?
Mme Nasri, psychologue, explique : «L’amitié a un rôle important dans le développement psychosocial et affectif de l’enfant. Elle lui apprend des notions importantes comme le sens du partage, la communion, l’entraide, l’amour, la concurrence… Elle l’aide à forger sa personnalité, à se construire, à se démarquer par rapport aux autres… De plus, le fait d’avoir des amis reflète le bien-être de l’enfant dans l’environnement de l’école. Or, il est vrai que certains enfants demeurent solitaires et introvertis. Pour plusieurs parents, le fait que leur enfant n’ait pas d’amis les angoisse et ils ont raison. Cela nous renvoie au mal-être intérieur que vit ce petit.
Toutefois, il existe deux sortes d’enfants solitaires : ceux qui ont choisi de vivre sans copains et ceux qui ne réussissent pas à en avoir et qui se sentent rejetés. Avant de chercher des remèdes pour faire sortir son enfant de ce cercle de solitude, il faut justement essayer de savoir s’il rejette les autres ou s’il est rejeté. Pour ce faire, il suffit d’observer ses attitudes. Lorsqu’on ramasse l’enfant à l’école, il faut lui poser quelques questions pour savoir ce qui cloche entre lui et ses camarades. Il peut s’agir d’un problème d’incompréhension, d’introspection, de timidité, d’agressivité...
Généralement, il s’agit d’un problème de timidité. Il faut donc aborder le sujet avec lui, en tête à tête. Cela dit, il ne faut jamais dramatiser le problème, n’oublions jamais qu’un enfant est fragile surtout si ce handicap d’avoir des amis le fait souffrir. Il faut donc le rassurer et booster sa confiance en lui. On peut l’encourager à inviter ses amis de classe à la maison, on organise avec lui des programmes pour que ses retrouvailles avec les copains soient réussies (l’impliquer à la préparation d’un bon goûter, un planning de jeu, choisir des CD de films, cartoons et jeux…). Cela offrira aux parents une occasion pour observer sa relation avec les autres et juger si l’amitié est une notion importante pour lui. S’il refuse, on peut toujours lui suggérer aussi d’avoir des activités collectives en dehors du cadre de l’école pour se faire des copains dans un contexte autre que celui réglementé par les études. On peut par exemple lui proposer d’exercer un sport collectif, de faire partie d’un atelier de peinture, de s’inscrire à un cours de musique ou de théâtre… Cela pour l’aider à sortir de sa coquille.
Progressivement, il y aura une amélioration dans son attitude. Le fait d’être entouré, de partager des choses avec ses pairs augmentera sa confiance en lui. Cela dit, si en dépit de tous ces efforts, l’enfant refuse catégoriquement d’adhérer à ces «plans», il s’agit très probablement d’un problème psychique latent. C’est l’enfant qui refuse de se confondre aux autres. Il est très probable que l’enfant ait mal vécu une rupture (divorce, mort, déménagement…) Le problème de solitude aurait donc des racines plus profondes et seul un spécialiste saura lui venir en aide. Il faut que les parents sachent qu’une solitude qui s’installe rime sûrement avec souffrance. Toute la difficulté est d’en percevoir les raisons ! Il faut être à l’écoute de l’enfant pour comprendre les origines de ce problème d’isolement. Le cas échéant, il est effectivement probable qu’il s’agisse de problèmes profonds et une visite chez un spécialiste s’imposerait».


Abir CHEMLI




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com