E.S.S. : L’avenir en question





Rien de plus normal qu’une défaite face au C.A. à Radès, parce que tout le monde sait que dans un match de foot  il y a trois probabilités, la victoire d’un côté, la défaite de l’autre et enfin la parité.
Rien de plus normal donc puisque quel que soit ton adversaire du jour il y a toujours une possibilité de voir ton groupe passer à côté de la plaque, et dans un jour sans, rien ne marche. Rien de plus normal puisque les vedettes, si vedettes il y a, ont cette capacité extraordinaire de tomber en baisse de forme tous à la fois, le même jour, au même moment et dans le même match. C’est l’esprit du groupe. Les excellents joueurs ne se trahissent pas et surtout pas quand ils ont envie de perdre.
Alors pourquoi cette colère du public étoiliste ? Est-ce la première défaite contre le club de Bab Jedid ? Non et ça ne sera pas la dernière.
A propos de colère, quand on parle de ce sentiment légitime, on ne parlait pas de ces gens anormaux qui ont tout saccagé, de ces ennemis publics. Non, on parlait des sportifs prédisposés à accepter un résultat sportif quels que soient son amertume et le degré de sa déception. Ces gens-là sont désormais habités par un sentiment étrange. Ils ont peur de voir leur Etoile se transformer en remède magique pour toute équipe souffrant d’une crise aiguë.
Eh oui, l’Etoile est devenue la proie facile de ses adversaires en crise. Mahjoub le coach du Club Africain a même déclaré il y a longtemps que le rebond de son groupe se fera face à l’Etoile. Il a fait cette déclaration avant le match de l’ASM où il a été tenu en échec et il a refait la même déclaration avant le match contre le CSHL qui a connu le même dénouement.
Le coach clubiste n’a pas osé parier sur son groupe devant ses deux adversaires banlieusards, mais il a osé le faire devant les Sahéliens. Mahjoub a raison, qui d’autre que l’Etoile est capable de réaliser trois missions impossibles d’un coup. Sauver Mahjoub, rendre au CA sa sérénité perdue et relancer Akrout . Ces pauvres étoilés sont-ils devenus si doux, si apprivoisés au point de se convertir en proie facile ?
Pour revenir au match et plus précisément à ceux qui prétendent être surpris de la prestation de l’Etoile sur la pelouse de Radès, dire cela c’est de l’hypocrisie pure et simple. Les signes de l’effondrement étaient prévisibles depuis la défaite contre l’OB à Sousse même et la présence le mardi d’après d’une poignée de supporters, dont la spontanéité est remise en question, avec tambours, trompettes et flammes en main. Le doute était présent avec force lors du match contre la JSK ou, après un trois à zéro, l’Etoile encaisse deux buts et met sa victoire en péril. Les joueurs n’ont pas trouvé mieux que d’avoir recours aux simulations pour grignoter quelques secondes, échapper au pire et mériter l’ovation de la même poignée du public pour leur exploit inédit !
A Gabès les joueurs étaient hors d’eux-mêmes au coup de sifflet final et ont mis le double des minutes de jeux à saluer la même poignée du public.
Soyons honnêtes le problème à l’Etoile dépasse de loin la forme de quelques joueurs ou le coaching d’un entraîneur ancien ou nouveau, chevronné ou novice… Le problème est ailleurs et si les dirigeants ne regardent pas la vérité en face, la descente aux enfers ne s’arrêtera pas de sitôt. C’est l’avenir même du club qui est en question et si vous voulez des preuves vous n’avez qu’à lancer un petit clin d’œil sur les résultats des catégories des jeunes pour comprendre que le problème au club le plus prestigieux du Sahel et l’une des citadelles du sport national, est vraiment ailleurs.


Ridha Azaiez




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com