Billet : Un festival reconnu





La 23e session des Journées cinématographiques de Carthage dénote d’une certaine qualité. Les films, les personnes invitées, les thèmes, les colloques et surtout la problématique posée. Comment réagir face à la mondialisation, aux bouleversements des frontières, à l’adaptation aux nouvelles technologies.
Le public du festival est constitué pour l’essentiel de cinéphiles et d’amateurs de cinéma. Un public qui ne pouvait qu’apprécier des œuvres d’une grande richesse, sur le fond mais aussi sur la forme. Des films qui ne sont pas seulement originaires de pays arabes et africains, mais aussi de pays comme l’Afrique du Sud, le Mexique...
Est-ce que certains cinéastes du Sud se cachent derrière le terme de «cinéma d’auteur», pour pallier à leur manque de moyens? C’est ce que quelques films programmés lors de cette session font ressortir.
Les JCC sont un festival qui devient de plus en plus —si ce n’est déjà le cas— un festival mondialement reconnu. Un festival qu’on évoque lorsqu’on parle des cinémas du Sud.
Un festival qui encourage les cinéastes du Maghreb et d’Afrique et les cinéastes qui abordent la mondialisation dans leurs films. Une session qui restera sans aucun doute dans les annales.


M. WALEY EDDINE




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com