La capitale : Vol de pièces détachées





La cour d’appel de Tunis a examiné récemment une affaire dont l’accusé est un magasinier soupçonné d’avoir livré de faux bons de commande.. Le préjudice est estimé à cinquante deux mille dinars… Les faits de cette affaire ont éclaté suite à une plainte déposée par le gérant d’une société spécialisée dans la vente de pièces détachées.
Le plaignant soupçonnait l’un de ses employés d’avoir falsifié des bons de commande lesquels ont servi pour la livraison d’une importante quantité de pièces de rechange. Bien évidemment le gérant a procédé à une enquête interne qui a abouti à fixer les soupçons autour du magasinier. Suite à quoi, les autorités compétentes ont été saisies. Dans la mêlée, le suspect a été interrogé par les auxiliaires de la justice. Après avoir nié les faits, le suspect s’est rétracté et est passé aux aveux. Il a déclaré que, passant par une crise financière, il a procédé à la falsification une première fois d’un bon de commande qui a servi à livrer des pneus vendus sur le marché noir. Le magasinier a reconnu avoir procédé à d’autres opérations de falsification de bons de commandes. Au total, l’accusé a mis la main sur une marchandise estimée à cinquante-deux mille dinars. Toutefois, le magasinier comptait rendre l’argent volé, n’eut été ce contrôle fait par le propriétaire de l’entreprise et qui a permis la découverte de cette série de vols. L’enquête close, l’accusé a été inculpé de faux et usage de faux et d’abus de confiance. Traduit récemment devant le tribunal de grande instance de Tunis, l’accusé a écopé de deux ans de prison. Ce jugement a fait l’objet d’un recours en appel. Examinée récemment par la cour compétente, cette affaire a été reportée au 20 novembre prochain.


H.M.




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com