Les choix discutables de Benzarti





Connaissant d’avance les difficultés qu’il allait rencontrer face à un TP Mazembé, inabordable à domicile et un arbitrage-maison prévisible, Faouzi Benzarti, l’entraîneur de l’Espérance a réellement joué avec le feu et l’équipe a payé cash ses choix.
En effet, en optant pour un dispositif porté vers l’offensive avec deux pivots, deux milieux offensifs et deux attaquants, mais aussi en plaçant Afful sur le flanc droit de la défense, comme si le match se jouait à Radès, Benzarti a exposé ses joueurs à un danger permanent devant les assauts répétés des Kasongo, Sigouma et Kabongo.
Seconde interrogation: après la sortie de Ben Mansour, expulsé, Benzarti a choisi de faire remplacer Darragi, le seul capable de tenir le ballon, de créer et de calmer le jeu, par Derbali alors que la sortie de Msakni s’imposait, lui qui passait inaperçu durant la majeure partie de la rencontre; la décision prise par le coach tunisien, quelle que soit sa motivation, a pénalisé lourdement son équipe.
Et ce n’est pas fini. Eneramo, l’autre pièce-maîtresse, a été remplacé à l’heure du jeu certainement pour le préserver d’un second carton jaune en prévision du match retour. Entre-temps, le TP Mazembé jouait à sa guise et passait des buts à n’en pas finir au pauvre Naouara. Ne fallait-il pas chercher d’entrée à limiter les dégâts en optant pour trois pivots avec Korbi, Traoui et Roger ou pour trois défenseurs axiaux Hichri, Ben Mansour et Ben Youssef (ou Derbali) comme le font souvent les techniciens, quand ils se trouvent dans une situation aussi délicate dans un match aller à l’extérieur ? C’est dire que Benzarti a sous-estimé l’adversaire et le poids de l’arbitre Djaoupé, sinon comment expliquer ses choix.
Que reste-t-il à espérer maintenant d’un match retour quand les jeux sont faits ou presque ? A moins d’un miracle, les carottes sont cuites.


J.B.




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com