Elèves du primaire : La meilleure méthode pour travailler





Au fil des années du primaire, l’enfant va devoir fournir des efforts de plus en plus importants pour réussir.  Le meilleur moyen d’y parvenir est de suivre une méthodologie bien structurée...
Plusieurs parents se consacrent entièrement au suivi de leurs enfants et à l’assistance scolaire surtout durant les premières années d’études des petits. Pour les géniteurs, cela s’avère le moyen le plus sûr pour garantir l’assiduité et la réussite de leurs enfants. Pourtant même si le suivi parental est un élément important pour réussir, les géniteurs ne doivent pas perdre de vue qu’un enfant doit devenir autonome ! Une omniprésence parentale peut, en effet, accabler l’autonomie de l’enfant ! Ce dernier peut même ne jamais avoir assez confiance en lui et en son propre potentiel…
Doit-on le laisser travailler seul pour autant ? C’est la question que «Le Quotidien» a posée à Mme Nasri, psychologue et spécialiste de la psychologie infantile.
«Il est toujours crucial qu’un parent se pose continuellement des questions quant aux objectifs qu’il veut pour ses enfants. Ceci doit être bien clair en tête pour qu’il puisse dresser tout un plan d’action afin de mener l’enfant jusqu’à cet objectif prédéfini. En ce qui concerne les études, a priori, tous les parents, espèrent sans doute que leurs enfants réussissent brillamment leurs études. Mais, veulent-ils que leur enfant réussisse seulement un seul devoir ? Un seul examen ? Une seule année ? Sûrement pas ! Les parents souhaitent que leurs enfants réussissent leur cursus scolaire entier et qu’ils atteignent les plus hauts rangs. Une fois cet objectif bien défini, posons-nous la question : comment va-t-il pouvoir y arriver si nous ne lui permettons pas d’être autonome ? Serons-nous toujours là pour lui ? Et s’il devra un jour travailler tout seul, saura-t-il parvenir aux mêmes résultats ?
Puisque l’on sait dès lors que ce dont nous aspirons, c’est que l’enfant réussisse et qu’à long terme, il n’ait plus besoin de la présence continue d’un adulte pour les faire, nous devons donc nous contenter de lui inculquer les bonnes méthodes de travail et nous assurer qu’il soit toujours assidu, qu’il assimile bien ses cours et qu’il fasse ses devoirs. N’oublions pas que si l’on peut suivre de près l’enfant aux classes primaires, les cours seront bien plus volumineux ensuite. Le rôle parental est donc celui de s’assurer que l’élève est capable de travailler seul aussi bien à la maison qu’il le fait en cours.
Fiches, répertoires…
Les parents doivent ainsi lui transmettre des méthodes de travail et d’organisation. On lui dit par exemple, qu’il est redevable de réviser tous les cours qu’il prend en classe, qu’il doit noter l’essentiel sur des fiches, qu’il doit inscrire tous les nouveaux mots, toutes les expressions nouvelles dans un répertoire et que le tout doit être bien compris. On doit lui expliquer que c’est une méthode qui doit être respectée quotidiennement pour qu’il soit à jour et qu’il n’ait jamais de grandes lacunes. L’accompagnement parental doit se faire à ce niveau, pour vérifier s’il a bien compris et s’il respecte une méthodologie de travail. On doit aussi lui expliquer que les devoirs à la maison ne sont pas des fardeaux et qu’il a le droit de se tromper parce que ces exercices sont utiles pour revoir la leçon correspondante et évaluer ses degrés de compréhension. On doit également l’inciter à faire tout seul des exercices, même si ce n’est pas la maîtresse qui l’a demandé.
Notre rôle est également d’apprendre aux petits les bons réflexes. Par exemple, si l’enfant ne comprend pas un mot, on ne doit pas le lui expliquer. On doit plutôt le pousser à se référer au dictionnaire. De manière générale, on doit montrer au petit comment travailler seul et comment suivre une méthodologie efficace et lui expliquer qu’il apprend pour lui, et non pas pour faire plaisir à ses parents ou à ses maîtresses. L’enfant doit savoir que l’essentiel n’est pas d’avoir une bonne note, mais de bien avoir compris ses leçons parce que les notes ne sont pas immuables, mais une bonne compréhension est un acquis à long terme».


Abir CHEMLI




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com