« Ficelles d’amour » de Moez Hamza: Des brises kéffoises à Amman





La dernière production théâtrale du Centre national d’arts dramatiques et scéniques du Kef
« Ficelles d’amour » sera jouée les 4, 5 et 8 novembre à Amman et à Zarqa, en Jordanie.
La Tunisie sera bel et bien présente sur le programme de la nouvelle édition du Festival du théâtre jordanien qui sera clôturé le 11 novembre. C’est avec « Ficelles d’amour » de Moez Hamza que le Centre national d’arts dramatiques et scéniques du Kef participera à ce rendez-vous théâtral arabe. Trois représentations sont sur l’agenda de l’équipe de cette pièce théâtrale, présentée à maintes reprises, sur différentes scènes tunisiennes.
Le coup d’envoi de la tournée sera donné le 4 novembre à 18h30, au Centre culturel Al- Hussein en Jordanie. D’autres rendez-vous au Centre culturel de Zarqa, Capitale culturelle de Jordanie en 2010 sont également au programme de l’équipe technique et artistique de «Ficelles d’amour».
Adaptation de «La casa de los siete balcones» (La maison aux sept balcons) du dramaturge espagnol Alejandro Casona, « Ficelles d’amour » tire sa force de l’intensité du texte et du jeu subtil des comédiens. Dans une ambiance morose, à la fois clanique et conflictuelle, le metteur en scène Moez Hamza place son histoire et situe ses personnages ; sept personnes d’une même famille qui se dévoilent, à travers des scènes découpées.
Déclarant la guerre, attaquant l’un l’autre, à cause d’une fortune illusoire, les personnages laissent tomber leurs masques, exposant des pages oubliées de leur passé ; des confidences douces amères qui soulignent à quel point ces personnages ont besoin de l’amour pour pouvoir surpasser leurs peines et retrouver de nouveau leur équilibre psychologique. Mais faut-il aller chercher loin, dans les murs d’une ville froide, dans les visages des passagers pour retrouver le bonheur ? Confrontant les destins, croisant les histoires, le metteur en scène a su traduire scéniquement et grâce à des comédiens chevronnés la ténacité du texte… Brouillant les frontières entre le réel et le fictif, le réalisme et le surréalisme, Moez Hamza a su faire de «Ficelles d’amour» un petit chef-d’œuvre, confirmant la potentialité créative du Centre national d’arts dramatiques et scéniques du Kef.
Découpage intelligent et innovant des scènes, des dialogues bien ficelés, agrémentés par quelques expressions de différentes langues, et une scénographie sobre ont permis à cette pièce de se distinguer. Ajoutons à ces facteurs, une bonne conception de l’espace, aidant les comédiens à se déplacer facilement et surtout à bien maîtriser leurs déplacements. Présentée à différentes occasions en Tunisie, la pièce porte la signature de Moez Hamza au niveau de l’adaptation et de la mise en scène. Notons que sur la fiche technique, nous trouvons l’artiste Nooman Hamda en tant qu’assistant et une bonne pléiade de comédiens, à savoir : Sabah Yousfi, Raouf Yermani, Abdessalam Jamel, Mokdad Salhi, Hana Gaydi, Amina Dachraoui et Hosni Akermi.
Souhaitons que, suite à cette aventure jordanienne, «Ficelles d’amour» sera de nouveau à l’affiche des espaces culturels tunisiens.


Imen ABDERRAHMANI




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com