Femmes et travail à mi-temps : Séduisant sur papier, controversé en réalité !





Le travail à mi-temps ne cesse d’alimenter le débat vu la faible affluence de la part des femmes  qui sont exclusivement concernées. Détails.
S’il a séduit de nombreuses personnes en théorie, le projet du régime de travail à mi-temps pour les mères de famille semble avoir un sacré revers de la médaille. La déception de nombreuses mamans ayant opté pour ce projet étant en effet au rendez-vous. «Elles sont essentiellement freinées par la perte financière que cela représente» dit Mme Lina Makni, cadre dans un établissement étatique et l’une des premières à profiter du nouveau régime. «J’ai changé d’avis, après quelques mois et j’ai tout de suite demandé de regagner le plein-temps», affirme Mme Lina en expliquant que le problème est d’abord financier. «Le revenu des ménages est très pénalisé quand la femme travaille à temps partiel. Franchement à partir de mon expérience avec le régime de mi-temps, j’ai réalisé que deux heures de moins au bureau ne valent pas la peine de sacrifier le tiers de mon salaire» dit-elle.
L’avis de Mme Lina ne constitue pas un cas isolé. Il est en effet largement partagé par Mme Neïla Daghfous qui pense que le régime de travail à mi temps n’est pas du tout séduisant pour plusieurs raisons. «En premier lieu, je pense que cette option limite, dans une certaine mesure, les ambitions de la femme active à faire valoir ses compétences dans le monde du travail. En effet, je pense que ces femmes ayant choisi d’opter pour ce régime auront à mettre leur carrière en veilleuse. De plus, notre budget est déjà limité avec les factures illimitées et les dépenses qui ne finissent pas. Pour cela je pense que chaque femme doit bien réfléchir avant d’intégrer ce régime».
Contrairement à Mme Neïla, Hédia Chtioui, jeune maman, a trouvé son compte en travaillant à mi-temps et pense que c’est une opportunité irréprochable pour concilier vie familiale et vie professionnelle. «Avec un bébé à la maison et un mari plus ou moins exigeant j’ai beaucoup hésité à abandonner mon poste. Peu après j’ai décidé d’essayer le régime de mi-temps pour me consacrer d’avantage à ma famille et ne pas abandonner mon job. Il est vrai que mon salaire est réduit mais je suis plus disponible pour ma famille et cela compte énormément pour moi» explique Hédia en ajoutant que les jeunes mamans doivent penser à ce régime.
Du même avis que Hédia, Imen Gafsi, fonctionnaire, pense que chaque mère de famille doit essayer de chercher le bien de son foyer. «A mon avis, les femmes travailleuses doivent penser à l’autre «travail» aussi valorisant que celui qu’elles font au bureau. Pour moi, la famille constitue toujours le noyau de la société et la femme reste la première responsable quant à la maturité de ce noyau», affirme Imen. Et d’ajouter : «En travaillant à mi-temps la femme sera capable de veiller sur sa famille tout en gardant l’œil sur sa carrière».


Samah MEFTAH


L’avis du spécialiste : Ahlem Gatri (Sociologue) : «Super-woman ou résignation ?»
«Peu importe le degré du développement de notre société, les femmes continuent de prendre en charge la majorité des tâches domestiques, là où les hommes pointent aux abonnés absents. Et le ratio passe du simple au double ! 86% des femmes s’occupent des repas pour 19% des hommes ; 68% déclarent s’occuper des soins de l’enfant contre 14% pour leur conjoint. Revers de la médaille la majorité d’entre elles ne souhaitent pas être aidée via les services à la personne et estiment, en contrepartie, ne pas avoir assez de temps libre. Pour cela le régime à mi-temps semble être la solution idéale pour joindre les deux bouts.
Par contre, le manque à gagner des revenus financiers dû à la réduction du salaire peut décourager ces mères de familles et les obliger à continuer à mener le rôle du Super-woman».


S.M.




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com