Arbitrage : Oui aux sanctions, mais avec plus de modération





La huitième journée du championnat de la L1 n’est pas passée inaperçue pour l’arbitrage tunisien. En effet, trois arbitres et un assistant viennent d’écoper de suspensions exemplaires pour des erreurs commises lors des rencontres dirigées par ces directeurs de jeu. C’est ainsi que Nabil Aguir a écopé de deux mois de suspension dont un ferme, alors qu’au cours du deuxième mois il dirigerait des rencontres régionales. Quant à Mohamed Meddeb, sa suspension ne dépasse pas un mois et ce pour avoir omis d’accorder un penalty à la J.S.K. lors de sa rencontre face à l’A.S.G. La même suspension a été infligée à l’arbitre Anis Ben Hassen. Reste que la plus lourde suspension a frappé l’assistant Seifeddine Soussi qui écope de pas moins de quatre mois dont deux fermes. C’est trop, même si nous avons toujours appelé à l’application d’un code disciplinaire rigoureux et strict. Mais de là à voir des arbitres et des assistants en chômage technique pendant de longs mois, il y a un palier que la Direction de l’arbitrage ne devrait en aucun cas dépasser, surtout lorsque les fautes commises sont qualifiées d’erreurs d’appréciation comme c’est le cas de Meddeb, alors que pour Aguir, on souhaite tout simplement que sa suspension n’entre pas dans le cadre de la complaisance envers les dirigeants zarzissiens trop affectés après la défaite face aux Hammam-Lifois. Car l’intégrité morale et intellectuelle de Aguir ne fait l’ombre d’aucun doute, tout comme Meddeb d’ailleurs. En résumé, on ne peut que saluer la nouvelle position adoptée par la Direction de l’arbitrage en matière de sanctions et ce, non sans les appeler à plus de modération pour ne pas
affecter le moral des arbitres, surtout que la saison ne fait que débuter.


M.A.F.




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com