Billet : Des jeunes cinéastes, parlons-en !





La dernière édition des Journées Cinématographiques de Carthage (J.C.C) a souligné bel et bien l’importance de croire de plus en plus aux jeunes cinéastes. Les courts-métrages et documentaires, programmés à cette occasion, ont témoigné de l’évolution que connaît le cinéma jeune aujourd’hui et sa belle contribution dans le paysage cinématographique local. Projetés dans la sélection officielle comme dans la section « panorama », ces films ont réussi à attirer l’attention du grand public, à relancer les débats autour de la formation au sein de nos écoles de cinéma et surtout à affirmer qu’il est temps de penser à aider et soutenir ces fous amoureux du 7e art dont l’unique rêve reste de voir leur œuvre sortir sur les écrans des salles obscures. Guidés par une passion fougueuse au cinéma, ils ont su donner le jour à des films qui ne manquent ni de fraicheur ni d’originalité. Une belle victoire pour ces jeunes cinéastes qui malheureusement n’a pas longtemps duré. Avec la tombée du rideau sur la 23e édition des J.C.C 2010, les films de ces jeunes ont été classés dans les archives et nos programmateurs culturels ont oublié qu’il faut profiter du succès de ces films et des bonnes impressions que ces jeunes ont laissé pour insuffler à leurs salles une seconde vie. Point de programme spécial permettant de découvrir ces œuvres filmiques. Point de rencontres avec ces jeunes cinéastes. Nos programmateurs culturels semblent oublier que la célébration de l’année internationale de la jeunesse et de l’année nationale du cinéma passe impérativement par ces jeunes cinéastes qui ont confirmé qu’ils sont prêts pour assurer la relève !


Imen ABDERRAHMANI




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com