Billet : Tu m’aimes ? Moi non plus





Bien que la scène cinématographique tunisienne bouge, au moins du côté des jeunes réalisateurs, notre télévision continue à fermer ses portes et à se contenter de suivre l’événement au lieu de le créer. Institution publique dotée de grands moyens, la télévision semble bouder tout ce qui est artistique, et rejeter le cinéma, lors de cette année consacrée à la célébration du 7e art… Sinon comment pouvez-vous expliquer l’absence d’une émission spéciale présentant les nouveautés, suivant l’actualité des réalisateurs et des salles, discutant des sujets du jour ?
A force de chercher les solutions faciles, de vouloir remplir les grilles avec des feuilletons turcs ou des émissions de «Réalité show», nos télévisions privées et publiques ont oublié que la culture est un créneau porteur et prometteur. La bonne moisson de courts-métrages pourrait constituer un bon point de départ pour accompagner ces jeunes talents dans leur aventure et les encourager à aller plus loin, contre vents et marées. La biennale des films d’écoles, les Journées du cinéma européen ou encore ces quelques manifestations organisées ici et là ne pourraient-elles également aider à créer une émission de qualité ? à raffermir les liens entre le 7e art et la télévision ? à insuffler de la vie au petit écran ? Une émission d’une dizaine de minutes consacrée au cinéma pourrait être à l’origine de nouveaux projets artistiques en commun…
Dix minutes ne peuvent que faire du bien à une télé boudée ou presque par ses téléspectateurs et à un cinéma en quête de nouveaux espaces qui lui permettent de renouer avec ses passionnés d’antan et de sensibiliser un nouveau public, à la capitale comme à l’intérieur du pays.
A réfléchir et à agir !


Imen ABDERRAHMANI




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com