Partenariat Tunisie/France : Les jeunes tunisiens au portail du marché français de l’emploi





La reconnaissance mutuelle des qualifications dans la formation professionnelle entre des établissements en Tunisie et en France ouvre de nouveaux horizons pour les jeunes demandeurs d’emplois.
La cérémonie organisée hier au siège du ministère de la Formation professionnelle et de l’Emploi pour la remise aux jeunes formés des diplômes de reconnaissance mutuelle des qualifications, constitue le premier couronnement d’une action de partenariat avec la France visant la mise à niveau de la formation professionnelle en Tunisie.
Laquelle action a été entamée par un accord signé le 6 mai dernier entre le ministère et l’Association française de formation professionnelle des adultes (AFPA) et consistant en l’instauration de cette reconnaissance entre quatre centres français et leurs homologues tunisiens dans les spécialités d’installateur thermique et sanitaire, technicien de maintenance industrielle, technicien en froid commercial et climatisation et technicien en exploitation des réseaux.
Les jeunes tunisiens ayant reçu leurs diplômes hier constituent les lauréats du premier cycle de formation, entamé le 21 juin dernier au centre sectoriel de formation en bâtiment de Soliman, dans le domaine de l’installation thermique et sanitaire. Les épreuves d’évaluation de leurs acquis ont été supervisées par des experts du Campus de Lille Lomme, organisme de formation et de certification relevant du dispositif de l’AFPA.

Valorisation
Il ressort des propos de M. Mohamed Agrebi, ministre de la Formation professionnelle et de l’Emploi, que « ce partenariat procure une autre qualité à la formation professionnelle et l’aide à se placer au portail de l’emploi ». Du côté français, on affirme que «c’est la première fois que l’AFPA desserve ce type de compétences et ce dans le cadre de l’aide à la formation professionnelle et au développement solidaire».
En parallèle à cette démarche, les deux parties examinent la possibilité de mise en place de la co-certification des compétences professionnelles. Il s’agit d’établir des accords de partenariat pour délivrer des certificats reconnus mutuellement selon le répertoire sectoriel des métiers par compétence. Ce processus a déjà démarré par une convention signée entre les fédérations nationales de l’électricité et de la mécanique avec l’Union française des industries et des métiers de la métallurgie.
Cette double certification vise le renforcement de l’employabilité des jeunes diplômés de la formation professionnelle et de nouvelles opportunités d’insertion sur le marché d’emploi tunisien ou étranger.

Mourad SELLAMI


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com