Chronique judiciaire : Fausses cartes d’étudiants pour obtenir des cartes d’identité





Le tribunal de première instance de Tunis a examiné dans son audience de jeudi dernier une affaire dont les accusés sont trois personnes dont une femme soupçonnée d’avoir utilisé de faux document pour permettre à d’autres individus d’avoir des cartes d’identité et des passeports.
La cour et après avoir entendu les suspects a reporté l’examen de cette affaire au 12 janvier prochain. Ceci étant, cette affaire a éclaté en 2005 suite à une information parvenue aux agents de la brigade criminelle relative à l’obtention par plusieurs jeunes en chômage de cartes d’identité et de passeports comportant la qualité d’étudiant.
Faux et usage de faux sur fond d’adultère
Face à la gravité de cette information, les agents de la brigade criminelle ont ouvert une enquête qui a duré plus de quatre mois. Des investigations et des recherches ont été menées dans les régions de Nabeul et de Tunis ont conduit à l’arrestation d’un premier suspect. Il s’agit d’un fonctionnaire relevant du ministère de l’Enseignement supérieur qui exerce dans une université à Tunis.
Selon les enquêteurs, ce suspect a profité de son poste pour s’emparer de plusieurs cartes d’étudiants vierges qui ont servi à l’obtention des cartes d’identité et des passeports en question.
Arrêté, le fonctionnaire a nié les faits qui lui sont reprochés. Mais, l’enquête a révélé un élément très important qui est à l’origine de l’arrestation d’une dame mariée. En effet, le suspect avait fait la connaissance de cette femme avec la quelle il entretenait des rapports très intimes. Et c’est elle qui lui avait demandé d’aider l’un de ses proches en chômage en lui remettant une carte d’étudiant falsifiée afin de pouvoir obtenir une carte d’identité et un passeport comportant la qualité d’étudiant.
Rebelote….
Ayant réussi ce premier coup, la jeune dame avait usé de tout son charme pour convaincre son amant de venir en aide à d’autres jeunes originaires de la région de Nabeul et ce en leur délivrant des cartes d’étudiants pour pouvoir également obtenir des cartes d’identité et des passeports.
Encore une fois, le fonctionnaire a récidivé en falsifiant des documents officiels. Mais, la nouvelle n’a pas tardé à parvenir aux auxiliaires de la justice qui ont ouvert une enquête afin de tirer au clair cette affaire. Toujours est-il que malgré les preuves irréfutables qui pèsent à son encontre , le fonctionnaire a continué à nier les faits déclarant qu’il n’a jamais usé de son poste pour commettre un délit. La jeune dame a également rejeté les accusations qui portent sur elle en avouant uniquement sa relation avec le premier suspect. Le témoignage du troisième suspect a cependant changé les données puisqu’il a avoué avoir été aidé par les deux accusés afin d’obtenir une carte d’identité et un passeport comportant la qualité d’étudiant à partir d’un faux document. Inculpés de faux et d’usage de faux, les trois suspects ont comparu jeudi dernier devant le tribunal de première instance de Tunis. Après la lecture de l’acte d’accusation et interrogatoire des accusés, la cour a décidé à la demande des avocats de la défense de reporter l’examen de cette affaire au 12 janvier 2011.

Myriam Ben Salem


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com