Vie des partis et des organisations : Adel Chaouch (Vice-président d’Attajdid) : «Vers un Conseil permanent pour le développement du pluralisme»





Profitant de l’audace des dernières décisions présidentielles dans le domaine politique,
M. Chaouch propose la création d’un Conseil permanent pour le développement du pluralisme.
Quelles sont les grandes priorités de la rentrée pour Attajdid ?
Nous avons déjà entamé la rentrée avec notre conférence sur la réforme politique. Elle est axée sur notre appel national à ouvrir un dialogue sur toutes les questions politiques et économiques du pays. Ce dialogue national vise à revoir tous les textes organisant la vie politique, spécialement le Code électoral car nous sommes à la veille d’une nouvelle étape en Tunisie et il faut ouvrir une autre page.
Après le discours du 7 Novembre 2010 et ce qu’il a apporté de décisions audacieuses à la vie politique en Tunisie, nous avons d’autres propositions : par exemple la création d’un Conseil permanent pour le développement du pluralisme ; mais pas un ‘‘remake’’ des années 1990 dont le Premier ministre était le président.
Comme introduction à ce dialogue, nous avons voulu demander l’accès à un espace public pour tenir nos conférences et nos rencontres, l’accès à la télévision nationale... Nous savons que la LTDH et l’UGET sont sur la voie d’un règlement et nous souhaitons que notre pays poursuive dans ce sens. C’est notre slogan pour 2011 : ‘’Un dialogue national sans exclusion.’’
Comment préparez-vous votre congrès?
Le Congrès se tiendra fin 2011 et des commissions sont déjà au travail depuis un mois et demi pour la préparation de ses motions : économique et sociale, affaires politiques, pensée (comment être progressiste, quelle relation avec la religion...), organisation (propositions de participation même en dehors du parti).
Nous voulons ainsi nous inscrire dans un processus d’unité et transformer les ‘‘projets de partis’’ que nous voyons aujourd’hui vers une synthèse des progressistes et des démocrates.
Nous ne concevons pas le Congrès comme un événement interne, nous le voulons d’intérêt national, impliqué dans les défis auxquels doit faire face la Tunisie, les questions brûlantes...
Quels sont les résultats de la Conférence que vous venez d’organiser avec le FDTL sur ‘’la réforme politique en tant que priorité nationale’’? Et comment se porte votre alliance ?
Cette Conférence est le couronnement de la déclaration, il y a une année, de l’alliance. Un projet de texte a été produit et il a été discuté dans toutes les régions. Ses grands points : identité de l’alliance, objectifs, modernité, refus de l’usage de la religion pour des buts politiques, contenu social.
L’alliance est originale car elle a été réalisée sur le terrain. Le FDTL a soutenu la candidature de M. Ahmed Ibrahim,SG du parti Ettajdid, et il y a entre nous un consensus sur l’approche en matière politique. Nous allons essayer de faire véhiculer notre conception des choses et mener, vers les échéances de 2014, une réflexion pour se présenter ensemble.
L’opposition est toujours entrée en désordre dans les grands rendez-vous politiques de la Tunisie. Maintenant elle a le temps car notre alliance est ouverte aux autres partis et aux personnalités indépendantes...


Manoubi AKROUT




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com