«Les Palestiniens»/le martyre théâtralisé





La machine de guerre israélienne, le bellicisme sans fard d’un occupant, sans foi ni loi ne semblent assujettir ou dissuader aucunement l’élan artistique de certaines créations engagées. «Quatre heures à Chatila», rappelez-vous, le texte de Jean Genêt venu ébranler la scène littéraire par un écrit sans compromis. L’auteur français y a traduit l’expérience si pesante et ahurissante vécue en Terres Saintes. Telle une machine à remonter le temps, «Les Palestiniens» de Taoufik Jebali, avec le soutien de l’Institut français de coopération, nous rappelle, un tant soit peu, comment une population a pu être «atrophiée» et des êtres vivants balayés telles des particules inertes. Le spectateur est du coup transformé en acteur dans une pièce de théâtre-danse préconisant une démarche participante. Raouf Ben Amor, Taoufik Jebali, Dorra Zarrouk, Foued Litayem et Atef Ben Hassine nous feront revivre les textes de l’écrivain français Genet en récitant quelques extraits de «Quatre heures à Chatila» et «Un captif amoureux», dans les deux langues arabe et française. Et c’est aujourd’hui, à 19h30 à la salle d’art d’El Teatro (El Mechtel). Mona BEN GAMRA


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com