Entre le Sud du Soudan et le Darfour : El Béchir avance ses derniers pions





Le président soudanais change de stratégie.Une offensive de charme pour séduire les Sudistes et une fermeté contre la rébellion de Darfour.
Le Quotidien- Agences
Le Soudan va se retirer du processus de paix pour le Darfour à Doha, au Qatar, et organiser ses propres négociations si aucun accord n’intervient d’ici la fin de la semaine avec la rébellion, a averti hier le président Omar El-Béchir.
«Si nous parvenons demain à un accord: Dieu soit loué. Mais s’il n’y a pas d’accord, nous allons retirer notre équipe de négociation. Les négociations auront alors lieu au Darfour», a déclaré le raïs lors d’un discours à Nyala, la métropole du Darfour, devant des milliers de supporters.
«Nous combattrons l’homme qui choisira de prendre les armes, mais nous nous assiérons à côté de celui-ci qui veut le développement», a ajouté le président soudanais dans un discours retransmis en direct par la télévision nationale.
Le conseiller du président Béchir pour le Darfour, Ghazi Salaheddine, était attendu hier à Doha, au Qatar, pays hôte des négociations de paix sur le Darfour, selon l’agence officielle Suna.
Les autorités soudanaises avaient déjà mentionné que le 31 décembre 2010 était la date butoir pour conclure un accord avec la rébellion darfourie, car à partir de janvier, elles seront focalisées sur le référendum d’indépendance du Sud-Soudan.
Le gouvernement soudanais et le Mouvement pour la justice et l’égalité (JEM), le plus militarisé des groupes rebelles du Darfour, ont entamé il y a dix jours des pourparlers à Doha en vue d’un cessez-le-feu.
Promesse
D’autre part, le président soudanais Omar el-Béchir a promis avant-hier «d’aider» le Sud-Soudan à «bâtir» un pays «frère», «sûr et stable» si cette région opte pour l’indépendance lors d’un référendum crucial prévu dans moins de deux semaines.
«Maintenant, nous disons à nos frères du Sud-Soudan, la balle est dans votre camp et la décision est la vôtre. Si vous choisissez l’unité, bienvenue, et si choisissez la sécession, bienvenue aussi», a déclaré le raïs soudanais lors d’un discours devant des milliers de supporters dans l’Etat de la Gezira, le grenier du Soudan situé au sud-est de la capitale Khartoum.
Si le Sud-Soudan opte pour la sécession, celle-ci sera effective en juillet prochain, à la fin de la période intérimaire de six ans initiée par l’accord de paix ayant mis fin en 2005 à plus de deux décennies de guerre civile Nord-Sud, un conflit à l’origine de deux millions de morts.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com