Centres d’intégration de l’enfance et de la jeunesse : Objectif: un projet d’intégration pour chaque enfant





Un programme de qualité des services administratifs en charge de l’enfance vient d'être lancé par le ministère des Affaires de la femme, de la Famille de l’Enfance et des Personnes âgées.
Les centres intégrés de l’enfance et de la jeunesse ont abrité 3.166 enfants dans les quatre coins du pays. Ces centres polyvalents ont pris en charge 352 enfants, enregistrant une augmentation de 32 enfants par rapport à 2007. Près de 580 cadres éducatifs et spécialistes en sciences psychiques et sociales sont mobilisés pour accompagner cette catégorie de la population et lui permettre de vivre une vie normale sans pressions ni privations. «Ces enfants bénéficient de toutes les prestations dont ils ont besoin comme s’ils étaient dans leur propre famille, avec l’encadrement et l’affection nécessaires, et ce, jusqu’à leur intégration dans la société. La prise en charge peut être totale ou partielle dans les centres intégrés en question. Des prestations peuvent également être fournies en milieu naturel dans les complexes de l’enfance», note Mme Bibia Bouhnak Chihi , lors d’une conférence tenue avant-hier à l’occasion du programme de qualité des services administratifs chargés de l’enfance lancé par le ministère.
Au fait, les enfants sans soutien familial, âgés entre 6 et 17 ans, ne sont pas des laissés pour compte. Vulnérables, ces enfants sont pris en charge par les structures de l’enfance relevant du ministère des Affaires de la femme, de la famille, de l’enfance et des personnes âgées, notamment par les centres d’intégration de l’enfance et de la jeunesse (CIJE). Cependant, ces structures d’accueil d’enfants abandonnés ou vivant dans des conditions difficiles souffrant de plusieurs défaillances. «Pour cela, un programme de qualité des services administratifs chargés de l’enfance a été lancé par le ministère en collaboration avec le Premier ministère et l’UNICEF».
Ce programme vise à améliorer la qualité des services proposés par ces CIJES. L’objectif est d’élaborer, pour chaque enfant, un projet d’intégration dans la société. « Le travail est fait en équipe multidisciplinaire composée de spécialistes travaillant dans l’établissement. Ce sont essentiellement des éducateurs, des spécialistes dans les domaines psychique et social, ainsi que des administrateurs. Le délégué à la protection de l’enfance est impliqué dans cette action, en collaboration avec l’enfant lui-même et sa famille, et d’autres personnes de l’entourage de l’enfant si le besoin s’en fait sentir », précise l’un des intervenants.
A noter que le programme prévoit un travail énorme en matière de soutien affectif de ces enfants, de formation des cadres et des travailleurs sociaux des centres ainsi que le soutien matériel.

Samah MEFTAH


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com