G.M.G. des zones industrielles : Trois objectifs pour Ksar Saïd, est-ce réalisable?





Les Groupements de maintenance et de gestion GMG œuvrent pour un cadre de travail meilleur dans  les zones industrielles. L’un d’eux, le GMG de Ksar Saïd, s’est fixé pour l’année 2011 trois objectifs. Focus.
Au milieu de seulement 68 Groupements de maintenance et de gestion (GMG) créés dans les 121 zones industrielles (ZI) existant jusqu’à ce jour en Tunisie, le GMG de la ZI de Ksar Saïd, gouvernorat de La Manouba, peut se prévaloir, depuis 1995, de faire figure de précurseur. Il dessert une zone aménagée par l’Agence foncière industrielle (AFI) et qui compte 120 entreprises, en plus de 30 autres dans deux zones annexes.
Faisant de son mieux pour une bonne maintenance de «sa» zone, ce GMG s’est vu récompenser en 2010 par le Réseau des entreprises maghrébines pour l’environnement (REME) du Deuxième prix pour la promotion du cadre de vie de la zone selon une approche de gestion durable. Sur sa lancée et fort de l’appui de ses adhérents qui ne sont autres que les industriels de la zone, il s’est fixé trois projets que certaines difficultés freinent pourtant. Il s’agit d’une déchetterie, d’un centre de vie et de deux zones annexes.
Déchetterie en vue
Le premier projet concerne une meilleure gestion des déchets de production industrielle in situ et qui jusqu’à présent sont malheureusement voués à la décharge de Jebel Chékir. A l’instar de celle déjà en place dans la ZI de Menzel Bourguiba et de celle projetée à M’guira, une unité à Ksar Saïd permettrait de faire sur place du compactage de l’assez important gisement de coupe, d’emballage, etc. pour leur valorisation au profit des recycleurs dans une bourse de déchets. Une action est en cours auprès de la commune de Daouar Hicher pour soutenir le dossier de candidature du GMG à la gestion du site, d’autant plus que les responsables du groupement auraient déjà l’appui de l’Agence nationale de gestion des déchets (ANGed).
Pour un centre de vie
Le GMG de Ksar Saïd ambitionne aussi de gérer un éventuel «Centre de vie» projeté sur un grand terrain bien placé juste à l’entrée de la zone. Les centres de vie étant des espaces d’activités ludiques et de détente (restauration, animation, premiers soins, etc.), on avance que l’AFI serait encline à vendre le terrain à un particulier plutôt que de le céder au groupement.
Zones annexes
Sur 11 hectares, l’aménagement de deux zones industrielles annexes fut confié à deux entreprises privées. Mais une dizaine d’années se sont écoulées depuis et, selon des sources du GMG, le délabrement a fini par sévir, au grand dam d’une trentaine d’entreprises domiciliées. Le Groupement ne cache pas sa volonté de se voir confier la gestion et la maintenance de ces deux aires limitrophes, et on croit savoir que les résultats d’une étude de cas seront soumis à l’AFI à la mi-janvier.
Ressources
Si ces trois centres d’intérêt pour le GMG de la ZI de Ksar Saïd reflètent à la fois ambitions et limites des Groupement de maintenance et de gestion en général, ils auraient aussi le mérite d’évoquer certaines réalités complexes auxquelles sont confrontées ces organisations à buts non lucratifs, même si leurs membres sont des chefs d’entreprise.
Pour alimenter les fonds du Groupement de Ksar Saïd, chaque adhérent verse annuellement la somme de 150 dinars pour mille mètres carrés de superficie du local de l’entreprise. Cela se fait grâce à des recouvrements automatiques sur la facture de la STEG pour ce qui concerne les compteurs de moyenne tension. Ceux de basse tension seront «pris en charge» à partir de 2011. Alors, cette solution serait-elle l’ultime recours pour ramener à de meilleures disponibilités certains bénéficiaires des GMG qui, bien que membres, seraient enclins à voir dans leur organisation des charges plutôt que des services ?


Mounir BOUDALI




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com