Un programme-pilote : Technique du lâcher d’insectes stériles





Le Centre national des sciences et technologies nucléaires (CNSTN) de Sidi Thabet (gouvernorat de l’Ariana) prépare, en collaboration avec le ministère de l’Agriculture, une étude sur la technique du lâcher d’insectes stériles (TIS)
L’étude devra contribuer à mettre en place un programme pilote de lutte biotechnique contre les insectes ravageurs, en particulier «la mouche méditerranéenne» et la «lucilie bouchère», dont les larves affectent les fruits.
La technique consiste en la production de quantités de mouches mâles qui sont ensuite stérilisées par exposition à des radiations, puis relâchées.
Une fois dans la nature, ces mâles stérilisés entrent en compétition avec les mâles naturels fertiles pour féconder les femelles.
Résultat : les œufs pondus d’un accouplement de mâles stériles avec des femelles sauvages, sont vides ou stériles.
A cet effet, le CNSTN produit chaque semaine environ 10 millions de mouches mâles stériles relâchées dans les champs et les prairies.
Selon les premières évaluations, ce type de mouches ne représente ni danger pour la santé de l’homme ni sur la qualité des fruits.
L’efficacité de cette méthode permet, d’une part la baisse du nombre de mouches sauvages ravageuses et d’autre part la réduction de l’usage excessif des pesticides.
Outre cette technique, l’effort porte sur l’incitation des agriculteurs à collecter les résidus des arbres fruitiers et à les entasser sous terre à une profondeur d’au moins 10 mètres ou bien à mettre ces résidus dans des sacs plastiques et les exposer aux rayons solaires durant deux mois, puis les utiliser en tant que fumier.
Ces nouvelles méthodes seront généralisées après le parachèvement de la phase d’expérimentation dans les laboratoires du CNSTN.
Lancée pour la première fois par l’entomologiste américain Edward Fred Knipling en 1940, la technique du lâcher d’insectes stériles (TIS) a été testée à partir des années 60 aux Etats-Unis puis en Afrique vers les années 80.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com