Grombalia : Une élève exploitée dans une vaste opération d’escroquerie





La chambre criminelle relevant du tribunal de première instance de Grombalia a examiné durant son audience du mardi dernier une affaire dont les accusés sont deux hommes et une femme impliqués dans plusieurs crimes allant de l’escroquerie au kidnapping et constitution de sociétés fictives. Il est à noter que le principal accusé est toujours en fuite.
En effet, au cours de l’été 2009, l’accusé avait fait connaissance d’une élève en classe terminale dans un lycée de Nabeul. Cette dernière n’avait à l’époque que dix-huit ans, ce qui avait facilité la tâche de la principale protagoniste dans cette affaire qui l’a manipulée en usant de la ruse.
Justement, l’accusé s’est présenté à l’adolescente comme étant un homme d’affaires qui gère plusieurs sociétés. Dans la mêlée, il lui avait proposé de venir travailler dans l’une de ses sociétés comme secrétaire contre un salaire mensuel de cinq-cents dinars.
Cette offre alléchante avait à l’époque séduit la jeune fille qui l’avait acceptée. Malheureusement, elle n’avait jamais mis le pied dans son bureau puisque son employeur avait d’autres projets pour l’adolescente. C’est qu’il n’avait pas tardé à demander sa main à ses parents malgré la différence d’âge. Le fiancé était, en effet, âgé de cinquante-deux ans et pourtant sa demande en mariage a été acceptée.
Depuis, les rapports entre la jeune fille et l’accusé ont changé. Certes, l’adolescente avait continué à suivre ses études, mais, elle avait été encouragée par son fiancé à le suivre dans le monde des affaires. L’accusé allait ainsi convaincre sa fiancée de fonder une première entreprise spécialisée dans la distribution d’articles de cadeaux. Au passage, il avait doté la société de trois comptes bancaires et avait de ce fait obtenu trois carnets de chèques.
Bien évidemment, l’entreprise en question n’avait jamais vu le jour. Pis encore, l’accusé avait obligé sa fiancée à signer en blanc les trois carnets de chèques avant qu’il ne se mette à les utiliser et en tirer profit.
Entre-temps, la jeune fille, qui commençait à émettre des doutes quant aux intentions de son fiancé, lui a demandé de lui remettre les chèques. C’est alors qu’elle a été séquestrée pendant plus de quinze jours. L’accusé l’avait alors violée et invité l’un de ses amis à utiliser la force pour convaincre la victime à signer d’autres chèques. Les deux accusés lui ont ensuite proposé de fonder une autre société avec une autre associée. Il s’agit d’une femme qui va se révéler être l’épouse du principal accusé.
La victime a accepté de signer tous les documents à condition de la relâcher. Une fois libre et malgré les menaces de mort, la jeune fille a porté plainte qui a été à l’origine de l’ouverture d’une enquête ayant abouti à l’arrestation de l’épouse et du complice. L’accusé principal dans cette affaire est toujours en fuite.
La cour, et après avoir rendu public l’acte d’accusation, a entendu les deux accusés qui ont nié les faits, déclarant qu’ils ignoraient que le principal protagoniste dans cette affaire était un escroc. Sur demande des avocats de la défense, la cour a décidé de renvoyer l’affaire au 25 janvier.

Myriam BEN SALEM


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com