La révolution et les Tunisiens : Fierté et mobilisation pour la reconstruction





La révolution du «jasmin»qui constitue un tournant historique pour la Tunisie est différemment perçue par nos compatriotes.  Joie, fierté indescriptible et espoir en de lendemains meilleurs, tels sont les sentiments éprouvés par les Tunisiens. «Le Quotidien» est allé sonder l’avis de nos concitoyens, leurs impressions et leurs attentes à la faveur de cette révolution pour la dignité qui marque les esprits et retient toutes les attentions.   «En ce moment, je suis en train de respirer de la liberté. Je suis très ravi d’être témoin d’un tel jour. Nous avons besoin d’instaurer le climat de confiance dans les quatre coins du pays et nous devons garantir un futur meilleur pour notre peuple» nous déclare Mahdi Fazani, commerçant.  Sans l’ombre d’un doute, le contexte actuel de notre pays nécessite de passer au travail constructif dans les plus brefs délais pour continuer notre marche vers des lendemains qui chantent. «À mon avis, le plus important est de passer à l’acte pour remettre notre pays sur pied. De ce fait, chacun d’entre nous est appelé à contribuer d’une manière consciente dans cette démarche constructive. Pour sa part, le gouvernement doit être à l’écoute du peuple et respecter sa volonté» indique Lazhar Ajmi, retraité. Ahmed Mouelhi, employé, focalise son intervention sur la corruption qui a prévalu sous l’ancien régime «Nous devons, en premier lieu, récupérer les fortunes et l’argent amassés de manière illicite  et les remettreà la trésorerie générale. De cette façon, nous pouvons reconstruire la nouvelle Tunisie dont on rêve tous». insiste t-il. Pour Mohamed Fraj, médecin, les Tunisiens doivent être optimistes et s’allier «il faut qu’on soit solidaires et dignes de notre statut actuel. Nous devons être unis pour bâtir notre pays et pour que la Tunisie retrouve sa verve» affirme M. Fraj. Selon Mustapha Ben Issa, étudiant, il est temps de renforcer la liberté et la démocratie au sein de notre société et déployer les efforts pour soutenir le gouvernement d’union nationale. «Ce qui s’est passé est un moment historique et un changement radical sur toutes les échelles. On ne doit pas entraver la révolution du peuple à travers des rumeurs ou des actes irréfléchis. Le contexte actuel nécessite la réécriture de notre avenir, à savoir la volonté du peuple» ajoute t-il. Une chose est sûre, la Tunisie d’hier ne sera plus celle d’aujourd’hui et de demain, et le peuple qui a pleuré récemment ses martyrs peut retrouver la tranquillité d’esprit. 


 W.B. et A.C.




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com