Des étrangers chez nous : La révolution du Jasmin sous des yeux japonais





Yashushi Uchida est l’un des journalistes qui n’ont pas pu résister à venir «déguster »
la révolution tunisienne sur le terrain…
Après la révolution du peuple, la révolution de tous les Tunisiens «assoiffés de liberté et…de dignité » , notre pays n’est plus cette petite contrée méconnue de l’Afrique du nord. La Tunisie est devenue le pays des hommes et des merveilles. Raison pour laquelle plusieurs journalistes et reporters ont décidé d’atterrir chez nous pour documenter la révolution et parler de ce peuple extraordinaire qui passe sa journée à défendre son pays et ses nuits à protéger ses familles en rêvant d’un avenir vraiment…meilleur. Yashushi Uchida est un journaliste japonais qui dirige le bureau du journal quotidien « The Tokyo Shimbun » au Caire. Il est venu hier pour applaudir « les braves Tunisiens » et voir de près ce qui se passe sur « la terre libérée». Selon Yashushi, ce qui s’est passé en Tunisie est « une vraie révolution populaire » . « Comme tous les hommes des médias des quatre coins du monde, j’ai suivi ce qui se passait en Tunisie avec beaucoup d’attention et beaucoup de surprise. C’est un peuple qui a franchi toutes les attentes et qui a réussi à détourner les têtes de tous les peuples de la planète. Pour cela, je suis venu rapporter ce qui se passe sur le terrain et parler avec les Tunisiens ».
Après quelques heures passées à l’aéroport, Yashushi est allé sillonner les artères de la capitale. « Mis à part les manifestations, je n’ai rien vu d’anormal. Franchement, je n’ai pas pu voir des fusillades et des confrontations entre l’armée et les milices dont on parlait à El Jazeera et à l’AFP, mais je crois que le climat commence à changer et que le calme revient à la capitale au fur et à mesure ». Notre collègue japonais a tenu à signaler que son avis est basé sur quelques heures matinales passées dans les rues de Tunis. « Je sais que le couvre feu est toujours de rigueur alors j’attends avec impatience pour passer la moitié de la nuit à parler aux hommes des quartiers qui ne cessent d’alimenter le débat et de gagner l’estime du monde entier».
Loin des Tunisiens et de la liberté, Yashushi est venu enquêter sur « Leïla Trabelsi » ou « l’ex-régente de Carthage». Pour lui, il s’agit d’une femme pas comme les autres. « On a tellement entendu parler de la femme de l’ex-président. Personnellement j’ai passé une semaine à chercher des informations sur sa vie, son passé et ses racines. Aujourd’hui, je suis venu collecter toute information sur cette dame que je considère une des raisons de cette révolution ».
Yashushi compte passer une semaine en Tunisie, il a promis de revenir nous voir pour nous parler de son séjour et de ses rencontres.


Samah MEFTAH




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com