Assasinat de Cheikh Ahmed Yassine/ M. Sadok Belaïd, universitaire/ «Nul ne pourra venir à bout de la détermination du peuple palestinien»





Cheïkh Ahmed Yassine, à l’instar de tous les militants palestiniens, a voué sa vie pour la cause du peuple palestinien et s’est entièrement consacré à la lutte contre l’occupation. Pour cela, il était prêt à payer le prix fort. Son assassinat, odieux et inacceptable, entre dans le cadre de la politique irakienne d’élimination physique des activistes et des dirigeants palestiniens. Cette politique jusqu’au-boutiste, menée avec la «compréhension» et l’aval implicite des Etats-Unis, connaît un changement qualitatif puisque la machine de guerre de l’Etat hébreu ne s’attaque plus seulement aux «activistes», mais également aux hommes politiques et aux chefs spirituels. Il est clair qu’Israël a déclaré la guerre contre tout le peuple palestinien, sans exclusive. Le Premier ministre israélien a commis au demeurant une erreur grossière, car il ne pourra jamais réaliser son objectif de mettre à genoux le peuple palestinien qui milite pour une cause juste et légitime. L’expérience a démontré qu’aucune force ne peut venir à bout de la volonté d’un peuple de mettre afin à l’occupation. Cela s’est vérifié d’ailleurs aussi bien en Tunisie qu’en Algérie, au Maroc et autre Vietnam. A la faveur de ce crime abject, je pense que les Israéliens ont atteint la limite de leurs exactions qui va conduire fatalement à une radicalisation du mouvement de résistance. Désormais, il n’y a plus de place aux négociations diplomatiques pour trouver une solution négociée au conflit, et c’est cela même qu’Israël cherche en fait, en faisant le vide dans les rangs palestiniens pour mieux asseoir son hégémonie et imposer son diktat. D’aucuns pourraient penser que la vie du Président Arafat est plus que jamais menacée. Permettez-moi de vous dire que le principe est déjà acquis, les Israéliens cherchant depuis longtemps à se débarrasser du leader palestinien. Il ne reste plus qu’à déterminer le moment. Pour l’instant, je ne pense pas que les Israéliens aillent jusqu’au bout de leurs sombres intentions, d’autant qu’ils ne veulent pas faire d’Arafat un martyr. Je n’exclus pas cependant qu’un fanatique israélien puisse se dévouer à la «Cause» et commettre ce crime atroce comme cela s’est passé d’ailleurs pour Rabin. L’Etat hébreu pourra toujours trouver à loisir les arguments nécessaires pour se disculper, en faisant porter la responsabilité de l’assassinat sur un «fanatique détraqué». Dans toutes ces variantes, il y a cependant une constante, c’est que ni les exactions israéliennes, ni la passivité des pays arabes à son égard ne pourront faire céder le peuple palestinien qui est déterminé à aller jusqu’au bout». C.B.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com