Quelles sont les urgences culturelles aujourd’hui ? : Moins de théories, beaucoup d’action…





Alors que toutes les chaines de la tyrannie et de la censure ont été brisées, le temps est venu pour nos artistes de mettre fin au couvre-feu culturel.
Aujourd’hui, après les émeutes, les sit-in et les rassemblements, réveillons- nous et sauvons notre révolution par des actions concrètes. Après l’art de faire de belles actions, la manière de le célébrer est de passer aux actes, de mettre noir sur blanc des projets longtemps bloqués dans les tiroirs. L’homme qu’il faut là où il faut, c’est une autre question qui a fait que la culture dans notre pays n’avance pas à grands pas. Heureusement pour le public comme pour les artistes que la révolution est venue balayer toutes les vieilles et désuètes pratiques culturelles.
Finie la parlotte. Le temps est aux actions et non aux slogans. Aujourd’hui, il est temps pour que ces démagogues culturels et ces «théoriciens» de la révolution se taisent pour entreprendre des travaux. Après les accusations lancées à tort ou à raison, les règlements de comptes, nos artistes sont invités à «garder la flamme au cœur mais tout en ayant la tête froide» comme disait l’autre jour Ahmed Ibrahim, ministre de l’Enseignement supérieur. La révolution du peuple tunisien a permis d’élever la culture à un nouveau palier, aidant les intellectuels à se débarrasser des chaines et à briser le silence. Cela veut dire que le moment est venu pour que les artistes expriment à ce grand peuple leur reconnaissance d’avoir aidé à leur libération de toutes les menaces de censure.
Aujourd’hui, soyons pragmatiques, soyons réalistes pour pouvoir nourrir cette révolution par des idées comme par des émois. Le retour à la normale passe impérativement par la culture.
Nous avons tous besoin en ce moment de reprendre le souffle pour pouvoir réussir une révolution, âgée seulement de quelques jours. Quelles sont les urgences de la culture aujourd’hui ? «La culture est la gardienne de la mémoire», alors, que peut-on faire pour immortaliser les gloires de la révolution ? Quelles mesures devrons-nous adopter pour que la culture ne reste pas un luxe ? Jusqu’à quand va durer la fermeture des espaces culturels ? L’allégement de l’horaire du couvre-feu sera-t-il une motivation pour que les artistes passent à l’action et contribuent à immortaliser la révolution ?
Acteurs culturels, respirez la liberté et assumez vos responsabilités. Tous les espaces culturels sont à vous, enfants de la Tunisie, fils du peuple !


Imen ABDERRAHMANI




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com