Groupe «Propaganda»/ Il s’impose sans propagande!





Le groupe de Heavy Métal “PROPAGANDA” s’est produit, mardi après-midi, sur la scène de rue installée à El Menzah en face de la Cité Jamil. Mehdi Touhami à la guitare rythmique et aux chants, Anis Jouini à la basse, Amine Fékih à la batterie et Ameur Saket le soliste de la bande ont enflammé la foule venue spécialement pour les voir jouer. En dépit des conditions climatiques et des défaillances de la sono, le groupe a su, par sa présence et sa communion avec le public, faire oublier les courtes interruptions. De plus, la qualité de leur jeu et la puissance de leur musique n’a pu qu’enchanter davantage la foule. La synchronisation entre les instruments et les membres du groupe était presque parfaite. “Propaganda” compte parmi les groupes les plus connus de Heavy Métal en Tunisie, si ce n’est le meilleur. Grâce à leur esprit créatif, leur originalité et surtout leur savoir-faire, Mehdi, Anis, Amine et Ameur ne voulaient surtout pas se limiter uniquement à la musique Métal. Chacun avec ses influences et ses connaissances musicales a pu apporter une valeur ajoutée à leur produit musical qui s’est imprégné du Blues, du Jazz et même de la musique orientale. Et comme la persévérence et le travail payent toujours, “Propaganda” a “accouché” de son premier bébé au mois d’août 2003; “Freedom’s Doll”, le premier album composé de sept titres qui mixe plusieurs styles de musique allant du Trash jusqu’à la musique orientale. Tous les membres du groupe ont participé à l’écriture des textes, en anglais, et à la composition. “Egyptian Night”, un morceau instrumental et “Freedom’s Doll”, un titre dédié au peuple irakien, ont été interprétés, avant-hier, devant un public déchaîné. Pas évident pour un groupe de Métal d’évoluer sur la scène musicale actuelle où la musique Hard reste marginalisée malgré la vague métale qui ne cesse de prendre de l’ampleur depuis quelques années. “Propaganda” a su s’imposer et chasser l’amalgame chez le public tunisien qui, dans sa majorité, confond entre le Hard Rock et la musique satanique. A cet effet, Mehdi, le chanteur et le guitariste de “Propaganda”, explique que le “Hardous” est plutôt un état d’esprit, une manière d’être qui revendique la paix, la liberté et la richesse de l’âme Avec les moyens du bord, “Propaganda” a pu au fil du temps évoluer et améliorer son produit musical. Ce premier festival méditerranéen de la guitare constitue pour eux une opportunité pour se faire connaître auprès du public tunisien et pourquoi pas étranger. Faut-il encore multiplier ce genre de manifestation pour lancer les jeunes talents, se demande Mehdi. W. H.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com