L’œil de l’observateur : Rejeb Essayeh : «Savoir prendre de court Ben Chikha»





Retour sur Tunisie-R.D.C. et projection sur le somptueux derby maghrébin contre le voisin algérien, tels sont les deux centres d’intérêt que notre consultant, Rejeb Essaeh, développera. Avec la nécessité d’user de l’effet surprise, vu qu’en face, il y aura ne vieille connaissance, Ben Chikha en l’occurrence.
«Face aux Congolais, il y avait un match dans le match, à la lumière des deux formations respectives, dans les rangs congolais. C’est ainsi que l’esprit revanchard des Sang et Or a déteint sur le Onze national dans son intégralité. Pour preuve, la relative agressivité dont les nôtre ont usé, surtout en début de match. A la clé, il y a eu une sorte de 2 en 1, entendons l’engrangement de la revanche et de la qualification.
Pour ce qui est du match proprement dit, il a donné l’alignement de deux pivos fixes, Korbi et Traori, devant lesquels il y avait un excellent remiseur, à savoir Chedly, outre les deux animateurs de couloirs et une pointe offensive. Tout s’est joué au milieu du terrain, à la lumière du pressing relativement haut des Congolais et du renforcement de la ligne médiane par les Tunisiens.
Bien sécurisés derrière, grâce à la disposition quasiment à la hauteur des défenseurs des deux pivots, les Tunisiens ont réduit presqu’à néant les espaces devant les Congolais. Dans ce contexte, les incursions individuelles constituaient la solution idoine. Et Msakni, avant sa blessure, ainsi que Dhaouadi, se sont illustrés dans ce registre, surtout ce dernier qui a signé un très beau but, à la Messi pour ainsi dire.
Quant à notre empoignade face aux Algériens, elle s’annonce extrêmement équilibrée, les deux équipes, au même titre que les deux entraîneurs, ambitionnant l’accession à l’apothéose finale, qui serait une première.
Personnellement, je verrais d’un bon œil la reconduction du même Onze aligné face au Congo. Et au cas où Darragi serait sollicité, il devrait faire son apparition au début de la seconde mi-temps, parce qu’il a toujours besoin d’un temps substantiel pour entrer dans le match.
Un autre changement pourrait intervenir, une sorte d’effet surprise de nature à prendre de court Abdelhak Ben Chikha qui ne connaît que trop le football tunisien. Il concernait le poste d’avant le plus en pointe. En effet, j’estime que Kasdaoui qui s’est investi physiquement sans compter, a besoin de repos. En outre Akaïchi, au vu de ses atouts on ne peut plus pertinents, comme son abattage, son agressivité et son sens du but, doit bénéficier d’une chance réelle.
Autant affirmer que les Tunisiens ont les cartes bien en main pour atteindre la dernière marche».
Propos recueillis par

Wahid SMAOUI


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com