L’Islam, c’est le droit de l’Homme





Noureddine BELHAJ HAMOUDA (*)
La nation musulmane vient de fêter l’anniversaire du Prophète Mohammed, dernier messager de Dieu pour l’humanité, qui a œuvré pour instaurer un renouveau de spiritualité et faire de la nation musulmane une communauté de juste milieu qui recommande le bien, proscrit le mal et croit en Dieu le Miséricordieux.
Ce fut durant le pèlerinage des adieux que la véritable déclaration de droit de l’homme a été énoncée par le Prophète Mohammed, rappelant ainsi, le respect de la personne humaine, l’abolition du racisme, la fraternité entre les hommes et les droits de la femme.
La notion des droits de l’homme n’a réellement pris cours qu’avec l’avènement du Coran qui demeure, dans le temps et dans l’espace, la constitution qui régit les actes de l’homme sur terre.
Malheureusement, les peuples de confession musulmane ne respectent pas à la lettre les préceptes du livre divin et le « Hadith » du Prophète Mohammed, ils ne font ainsi aucun effort pour s’émanciper de la pollution des courants idéologiques néfastes qu’ils ne cessent de subir à travers les médias et les systèmes socio-économiques qui, sous une étiquette moderniste, développent chez l’homme, l’avidité matérialiste et l’égocentrisme. L’oppression, l’exploitation de l’homme par l’homme, l’apartheid n’ont cessé d’exister malgré la Déclaration des droits de l’homme votée par l’Assemblée générale qui a été, ironie du sort, à l’origine de la création d’Israël, nation qui persiste à faire fi des principes les plus élémentaires des droits de l’homme, en faisant subir au peuple palestinien désarmé les sévices les plus inhumains. Le monde contemporain, livré aux pires excès et menacé de perdre son âme, nous laisse perplexes et nous amène à mettre en doute les plaidoiries de certains avocats du diable qui prétendent que les valeurs civilisationnelles judéo-chrétiennes ont réussi à assurer une protection sacrée des droits inaliénables de l’être humain, à moins que ces droits soient ceux des plus forts sur les plus faibles, ou bien le droit de laisser l’instinct animal de l’homme et la loi de la jungle se développer au détriment de l’éthique et de la justice sociale.
Le Coran, livre divin confirmant les écritures antérieures et les parachevant, reste la seule voie authentique du salut, pour une humanité qui tend vers l’égarement, la consommation des drogues et le scepticisme outrancier.
Aussi est-il urgent, voire impérieux, pour les nations musulmanes et arabes d’oublier leurs querelles fratricides qui risquent de les faire s’enliser, comme par le passé, dans la dépendance politique et économique.
Il est donc nécessaire pour ces nations d’un milliard et demi de personnes environ de mobiliser sans plus tarder leur potentiel humain et économique, pour faire face à l’évolution d’une humanité atteinte de la gangrène des pires excès en s’attelant à rehausser l’œuvre humaine libératrice du Prophète Mohammed qui incarne la bénédiction de Dieu pour le salut de la race humaine.
(*) Ancien cadre


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com