Le jeu et les joueurs : Le collectif et le replacement, atouts majeurs





On s’y attendait et le match fut très dur à négocier, aussi bien pour les Aigles de Carthage que pour les Fennecs. Les Tunisiens ont eu plus de chance aux tirs au but mais, tactiquement, ils ont encore quelques carences à soigner.
Sami Trabelsi, le sélectionneur tunisien, a opté pour la même tactique qui a permis de battre la R.D.Congo au tour précédent avec trois récupérateurs et un schéma tactique qui varie entre le 4-2-3-1 et le 4-3-2-1, selon le positionnement de Chedli, l’élection libre d’une équipe compacte mais, a priori, peu créative. L’incorporation de Chehoudi, en l’absence de Msakni et Darragi, dominés et laissés sur le banc, n’a pas été très bénéfique. Chehoudi, malgré sa bonne volonté, était passé presque inaperçu et ceci a handicapé la manœuvre offensive malgré le but marqué durant les vingt premières minutes et quelques autres occasions créées en cours du match.
L’est le compartiment défensif qui fut le plus sollicité et qui a été égal à lui-même, malgré le manque de soutien offensif de la part de Gharbi et Souissi.
Les changements opérés par Trabelsi ont touché au travail d’approche offensif, mais ça n’a pas été suffisant pour secouer un onze algérien mieux disposé en seconde mi-temps.
Défense
Ce compartiment a été l’auteur d’une prestation honorable et il a presque fermé toutes les issues malgré le but encaissé. Pour sa part, Balbouli a été un peu distrait sur le tir de Djabou, mais il s’est bien comporté par la suite. Son remplaçant, Jeridi, a fait le reste en arrêtant un tir au but qui a valu la qualification en finale.
Milieu
En optant pour une tactique à trois pivots, Trabelsi a misé avant tout sur la prudence pour ne pas subir la domination de l’adversaire. Sur le plan offensif, la réussite a été approximative avec un placement discret et un soutien timide aux attaquants. La rentrée de Msakni a donné plus de mordant au milieu tunisien et le replacement de Chedli a également été important pour l’équilibre de l’équipe. Korbi a juste accompli son travail défensif et Traoui, pas bien remis de sa blessure, n’a pas eu son rayonnement habituel.
Attaque
On ne pouvait trop exiger d’une paire d’attaque pas toujours bien soutenue. Dhaouadi a encore une fois été parmi les meilleurs et Kasdaoui a marqué le but tunisien sur une très belle action offensive. Avec un plus grand soutien, la ligne offensive a les moyens de faire encore mieux.

Kamel ZAÏEM


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com