Libye : Evacuations massives de ressortissants du monde entier





De nombreux pays dans le monde évacuaient hier par air et par mer, dans des conditions difficiles, les dizaines de milliers de ressortissants travaillant en Libye, pris au piège des violences.
Le Quotidien-Agences
En Asie, les autorités se préparaient à mettre en place de gigantesques opérations d’évacuations pour rapatrier 100.000 travailleurs en dépit du chaos que traverse le régime de Mouammar Kadhafi.
Selon les chiffres officiels, 60.000 Bangladeshis, 30.000 Philippins, 23.000 Thaïlandais et 18.000 Indiens sont enregistrés en Libye, principalement comme modestes ouvriers contractuels.
L’Union européenne a annoncé qu’il restait 10.000 de ses ressortissants en Libye et qu’elle mobilisait des moyens pour être en mesure de les évacuer, y compris par voie de mer au cours des prochaines heures et prochains jours. Les opérations de secours pourraient toutefois être fortement perturbées, la compagnie maritime française CMA-CGM ayant annoncé sur son site internet que l’ensemble des ports et terminaux était paralysé en Libye.
La situation à l’aéroport de Tripoli était en outre «chaotique», des passagers se battant pour monter dans les avions, selon le témoignage du commandant d’un avion maltais, Philip Apap Bologna, de retour de la capitale libyenne où il a embarqué des compatriotes.
La Chine a entamé hier son plan d’évacuation pour ses 30.000 ressortissants, dont de nombreux ingénieurs travaillant dans des projets pétroliers, ferroviaires ou dans le secteur des télécommunications. De son côté, le Vietnam étudiait les conditions d’évacuation pour ses 10.000 citoyens.
Quatre ferries grecs affrétés par les autorités chinoises étaient en route hier pour la Libye, pour évacuer notamment de Benghazi quelque 15.000 Chinois, en principe vers la Crète, a indiqué une source gouvernementale grecque. L’Inde finalisait les dispositions pour une évacuation par air et mer.
«Opération gigantesque»
«Cela va être une opération assez gigantesque. Nous allons non seulement devoir mettre en place des dispositions pour les avions et les bateaux mais aussi obtenir la permission des autorités libyennes pour faire atterrir nos appareils», a expliqué à la presse la secrétaire d’Etat indienne aux Affaires étrangères, Nirupama Rao.
Selon les autorités, environ 18.000 Indiens vivent en Libye, dont 3.000 à Benghazi, bastion de l’opposition au régime de Mouammar Kadhafi, employés principalement dans l’automobile et le secteur hospitalier.
Le Bangladesh, l’un des pays les plus pauvres d’Asie du Sud qui dépend fortement des devises étrangères envoyées par ses ouvriers employés à l’étranger, étudie différentes options pour évacuer ses 60.000 ressortissants.
L’ambassade de Thaïlande à Tripoli a contacté les employeurs de ses ressortissants, principalement basés à Tripoli, Benghazi, Syrte et Brak, et a prévenu ses citoyens de se tenir prêts à une évacuation.
Selon le ministère thaïlandais du Travail, des ferries d’autres pays pourraient être utilisés pour évacuer les ressortissants jusqu’à Malte.
Le vice-président des Philippines, Jejomar Binay, s’apprêtait à se rendre dans plusieurs pays du Golfe pour rencontrer des diplomates et s’entendre sur un possible transit de Philippins.
Manille a indiqué avoir l’intention d’acheter des billets d’avion pour ses ressortissants voulant fuir la Libye. Environ 30.000 Philippins y travaillent.
Le Bangladesh et le Sri Lanka ont contacté l’Organisation internationale pour les migrations (OIM) pour demander une assistance technique.
«Nous n’avons pas d’avion pour les ramener (les ressortissants), nous avons donc demander à l’OIM», a expliqué le ministre adjoint aux Affaires extérieures du Sri Lanka, Neomal Perera. Environ 1.200 Sri Lankais sont officiellement enregistrés en Libye mais leur nombre réel serait bien plus élevé.
De nombreux pays occidentaux poursuivaient hier leur processus de rapatriement.
Un vol de 200 places affrété par les autorités britanniques devait décoller de Londres hier à la mi-journée pour Tripoli et un deuxième appareil sera programmé «dès que possible», selon le ministère des Affaires étrangères.
La France, qui a engagé hier une troisième rotation aérienne vers la Libye, a évacué jusqu’à présent 335 Français et 56 étrangers, selon le ministère des Affaires étrangères.
Selon le ministre français des Affaires européennes, Laurent Wauquiez, il restait hier en Libye «environ 300 Français».
Trois avions allemands ont atterri mardi à Tripoli, où se trouvent environ 400 Allemands.
La Turquie a annoncé avoir rapatrié ces trois derniers jours plus de 5.000 de ses ressortissants installés en Libye mais déplore un mort, a affirmé hier le chef de la diplomatie turque, Ahmet Davutoglu. 25.000 Turcs résident en Libye.
Le premier avion envoyé par la Russie en Libye avec à son bord une centaine de rapatriés russes est arrivé hier à Moscou.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com