Sit-in à La Kasbah : Farouche détermination





Ils sont des milliers à rejoindre La Kasbah chaque jour pour exprimer leur volonté de faire tomber le gouvernement de transition. Un sit-in aussi organisé que déterminé.
Depuis dimanche 20 février, la Kasbah ne cesse d’être prise d’assaut par des citoyens tunisiens qui en ont par-dessus la tête du gouvernement de transition. Un gouvernement qui, selon eux, n’a pas répondu aux attentes du peuple et n’a pas été à la hauteur de la révolution tunisienne. Ils sont entre 10 et 15 mille Tunisiens et Tunisiennes, venus d’un peu partout du pays, à manifester leur mécontentement quant au travail réalisé par le gouvernement de transition. Filles et garçons, jeunes et moins jeunes se sont donné rendez-vous à La Kasbah afin de crier haut et fort «gouvernement de transition… dégage».
Bien organisé
Habitués des sit-in, les citoyens qui «habitent» actuellement à La Kasbah ont mis en place un système fiable afin que ce rassemblement se déroule dans les meilleures conditions. En effet, plusieurs cellules ont été mises en place afin de partager les tâches et faire en sorte que le calme règne. Entre le comité de protection et d’organisation, le comité de l’«approvisionnement», le comité du «nettoyage» et celui de la santé, l’organisation est presque parfaite. «Nous avons beaucoup appris de notre premier sit-in, nous sommes bien organisés pour éviter tout dérapage. Le comité de protection et d’organisation a pour mission de protéger les manifestants, les encadrer et garantir l’approvisionnement», affirme Nidhal Jawadi du comité de protection et d’organisation. Un comité de médias a également été mis en place pour faciliter le travail des journalistes et garantir leur sécurité.
En se baladant dans La Kasbah, on peut facilement constater que la propreté règne sur les lieux. Mis à part le comité de propreté, chaque manifestant se met volontairement à ramasser les ordures. C’est dire que ces manifestants sont d’un civisme extraordinaire. Deuxième constat, l’ambiance fraternelle qui règne. Tout le monde se connaît maintenant et chacun essaie d’apporter son grain de sel afin que le sit-in se déroule sans problème. Les tentes installées sont accessibles à tout le monde sans exception, pas de place pour le régionalisme dans ce sit-in qui rassemble des Tunisiens unis par les mêmes revendications, celles d’une Tunisie libre.
Côté nourriture, l’organisation est parfaite. Les horaires des repas sont affichés et tout le monde respecte ces horaires avec une discipline militaire. Selon les manifestants, le nombre des participants augmente de jour en jour et les caravanes venues de tous les gouvernorats du pays ne cessent de prendre part à ce sit-in.
Durant la nuit, c’est l’ambiance des grandes fêtes. Tout le monde chante et danse sur des airs patriotiques. Une façon pour les participants de tenir le coup et de ne pas ressentir la fatigue cumulée.
Détermination absolue
Les revendications des participants à ce sit-in ne sont ni la nourriture, ni des emplois, ni des aides. Ils revendiquent uniquement le départ du gouvernement de transition, celui de Mohamed Ghanouchi et Foued Mbazaâ, la dissolution des chambres des députés et des conseillers, la préparation d’une nouvelle constitution, ainsi que la création d’un comité constitutif. Des revendications purement politiques qui n’ont rien à voir avec les demandes d’ordre social.
«Nous voulons que le gouvernement de transition parte ainsi que tous ceux qui ont travaillé avec le régime déchu. J’ai participé au premier sit-in de La Kasbah et nous ne partirons pas avant que nos revendications légitimes ne soient réalisées», affirme Meher Derbik de Gafsa, avec fougue.
Cette même fougue, on peut la constater chez tous ceux et celles qui participent à ce sit-in. La détermination et l’amour du pays alimentent ces braves et courageux citoyens qui ont délaissé leurs commerces et leurs foyers pour venir crier haut et fort leur ras-le-bol du gouvernement.
Lotfi Aloui, un manifestant venu du Kef, affirme qu’ils n’abandonneraient pas avant le départ de ceux qui ont, selon lui, collaboré avec le président déchu et sa bande et qui ont pillé le pays pour servir leurs propres intérêts. Il a également précisé qu’ils ont négocié avec les militaires afin d’éviter tout dérapage.
Certains sont même venus en famille afin de montrer leur détermination à faire tomber le gouvernement coûte que coûte, à l’instar de la famille Mehrzi de Thala (le père, la mère et leurs trois enfants).
Reste à signaler que le Croissant Rouge a installé une tente afin de donner aux manifestants en difficulté les premiers soins. Une équipe reste sur place 24h/24 pour apporter l’aide nécessaire aux personnes malades.
Une page facebook (www.facebook.com/setting.kassba) a été créée par les manifestants afin de transmettre ce qui se passe à La Kasbah en temps réel.
Aussi bien organisé qu’important en termes de nombre, le sit-in de La Kasbah témoigne d’un civisme et d’une fougue de la part des manifestants qui ne semblent pas lâcher prise avant que leurs revendications ne se concrétisent.


Meher KACEM




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com