Aujourd’hui les A.G. extraordinaire et élective du C.A. : Un duel Atrous-Abbès en vue, et des surprises en l’air





Pour les Clubistes, il s’agira d’un événement historique. Tout à l’heure, ils élirons leur président en passant par les urnes. Atrous et Abbès auront à obéir à la loi du scrutin.
Après avoir flirté avec l’annulation ou le report, les A.G. extraordinaire et élective du Club Africain auront bien lieu aujourd’hui, malgré les embûches dressées par ceux qui espéraient retarder davantage l’échéance. On assistera le matin à une A.G. extraordinaire pour amender le règlement interne et permettre une élection libre et transparente du président et du premier vice-président en passant par les urnes. Il s’agira, en fait, d’une première puisque, dans le passé, on avait toujours eu recours à la désignation pour ne choisir que ceux qui font partie du cercle des plus fidèles au régime.
Pas de consensus
C’est la seconde A.G., celle élective, qui attirera un grand nombre de supporters. Les adhérents qui auront droit au vote sont déjà avertis puisqu’on connaît déjà les noms des prétendants pour les deux postes convoités. Pour la présidence, deux noms retiennent l’attention et partent favoris pour un duel qui s’annonce tout de même passionnant et indécis.
Jamel Atrous, réclamé depuis la saison dernière par les supporters, aura finalement une réelle chance pour parvenir à un objectif qu’il s’est fixé depuis deux ans au moins. Fort d’une assise populaire qui semble capable de le hisser à la présidence, il n’a pas présenté un programme détaillé de travail ni opté pour un premier vice-président de son choix, mais il peut compter sur l’essentiel, c’est-à-dire son propre engagement pour fournir de l’argent, du moins pour faire démarrer les choses dès le premier jour de son mandat. En face, il y aura, en principe, Férid Abbès, un ancien président qui n’a pas besoin d’être présenté. Jusqu’à hier matin, il n’avait pas encore présenté sa candidature. D’après des sources très proches de l’entourage du club, Abbès s’est présenté juste pour contrer Atrous et c’est pour cette raison qu’il pourrait à tout moment s’abstenir à se porter candidat au cas où un consensus serait trouvé, ce qui n’était pas le cas jusqu’à hier dans la journée. Encouragé par quelques responsables et certains juristes qui ne veulent pas de Atrous à la tête du club, il pourrait être un sérieux concurrent pour son grand rival, mais le retrait de Khelil Ajimi va certainement l’inciter à compter ses pas. Dans un tel duel, l’avis de Hamadi Bousbiaâ et Hammouda Ben Ammar sera déterminant. On convient à dire que dans le camp clubiste, on penche plutôt pour l’élection de Jamel Atrous, auquel on offrira une chance historique pour prouver son mérite puisqu’il se considère comme un éternel mal-aimé dans le cercle de ceux qui dirigeaient le club.
Balti, toujours là....!
La bataille pour le poste de premier vice-président ne manquera pas d’être, pour sa part, indécise. Les candidats sont des dirigeants qui ont beaucoup donné au club. Nous en citons particulièrement Salah Mannaï et Abdesselem Younsi. Toutefois, ce dernier pour des raisons personnelles et professionnelles, pourrait annoncer son retrait en demeurant proche et au service du Club Africain au sein de l’une des commissions.
Autre surprise de taille qui pourrait brouiller les cartes, concerne la position de Mounir Balti, l’actuel premier vice-président et qui a assumé la présidence par intérim pendant quelques mois. Dans l’entourage de la direction clubiste, il a rappelé qu’il na jamais démissionné et qu’il doit normalement garder son poste de vice-président! Là, aussi, on va devoir attendre au dernier moment pour en savoir plus.
L’A.G. élective donne l’impression de réserver quelques surprises, mais cette fois-ci, tout passera par les supporters adhérents. Ce sera à eux de décider et les urnes ne feront qu’illustrer leur volonté. Rendez-vous à tout à l’heure.

Kamel ZAIEM


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com