Réseaux sociaux : Kadhafi, ennemi public numéro un





Après Ben Ali et Moubarak, voilà que Kadhafi devient l’ennemi public numéro un des internautes tunisiens. Il est toujours l’amuse-galerie également.
Les facebookeurs tunisiens sont de plus en plus nombreux à mettre l’ancien drapeau de la Libye comme photo de profil. C’est dire qu’ils soutiennent la révolution libyenne comme ils l’ont très bien fait avec les Egyptiens.
Les internautes tunisiens ont attendu les discours de Kadhafi avec impatience pour deux raisons : la première est qu’ils attendaient qu’il annonce son départ afin d’arrêter les atrocités que vit le peuple libyen. La deuxième, est l’aspect rigolo des discours du Kadhafi.
Jouant à merveille leur rôle de locomotive des révolutions arabes, les internautes tunisiens s’acharnent sur le leader libyen afin d’user de leur savoir-faire dans le domaine de la résistance virtuelle. Il faut dire qu’être leader des révolutions est un travail à plein temps.
Tout au long de la journée, les facebookeurs publient des vidéos montrant les monstruosités commises par les milices de Kadhafi. Certains parlent même d’un génocide. Expérimentés dans la résistance sur la toile, les Tunisiens ont honoré leur statut de leaders dans le monde arabe. Entre les appels aux aides humanitaires sur les frontières tuniso-libyenne et la préparation des manifestations devant l’ambassade libyenne, les facebookeurs et les twitteurs, toujours en première ligne, n’ont pas cessé de montrer leur soutien inconditionnel au peuple voisin dans sa révolution.
D’autre part, le sens de la moquerie a été de mise. En effet, les facebookeurs n’ont pas cessé de publier des vidéos mettant en exergue les bourdes de Kadhafi. Les statuts et les commentaires ont également été d’une créativité extraordinaire. Dans ce sens, une blague a fait le tour du réseau social : « un Libyen et un japonais discutaient de qui est le peuple le plus fou. Le Japonais a déclaré que le plus «con » des Japonais peut monter un ordinateur en une heure. Le Libyen a répondu que le plus « con » d’entre-eux est président ». Une blague qui fait certes rire, mais qui renferme un message caché plein de douleur.
Anonymous sort de son silence
Après s’être illustré en Tunisie en attaquant les sites gouvernementaux pour soutenir la révolution, Anonymous, le groupe de hackers populaire pour son soutien à la démocratie, passe à l’action en Libye.
Dans un communiqué de presse, daté du 19 février, le groupe Anonymous annonce : «Depuis trop longtemps, le peuple libyen a souffert en silence. Avec les récents soulèvements en Tunisie et en Egypte, la peur a disparu chez les peuples arabes de toute la région. Le temps du silence est révolu (…) Anonymous est avec vous dans cette lutte».
Le groupe a mis à la disposition des Libyens des lignes et des numéros pouvant être connectés au net, alors même que le blackout est presque total. Des vidéos sont également postées sur le web, expliquant comment déjouer les coupures.
Entre moqueries et sérieux, les internautes tunisiens ont manifesté un soutien inconditionnel à la révolution libyenne.


Meher KACEM




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com