Heinke Veit : « 3 millions d’euros débloqués de la C.E. pour les réfugiés de Libye»





De notre envoyé Mourad SELLAMIO
Mme Heinke Veit, chargée d’information auprès de la commission européenne, fournit des éclairages sur l’objet de l’assistance humanitaire apportée aux réfugiés sur les frontières avec la Libye.
En quoi consiste votre mission?
Vu la situation humanitaire prévalant en Libye et sur ses frontières avec la Tunisie et l’Egypte, la Commission européenne a décidé d’allouer 3 millions € pour répondre à ces besoins humanitaires. Il s’agit d’aide médicale et alimentaire, d’abris et de biens de base comme des kits d’hygiène, des matelas, des couvertures, etc. Ce matériel est destiné aussi bien aux Libyens qu’aux réfugiés résidant en Libye qui se rendent dans les pays voisins pour fuir la violence. Cette aide pourrait également répondre aux besoins humanitaires potentiels à l’intérieur même de la Libye, une fois la situation sécuritaire permettrait un diagnostic de la situation.
Avez-vous des équipes sur place?
Non. Nous agissons à travers nos partenaires présents sur place, à savoir le Haut comité des réfugiés, le Croissant Rouge, Médecins sans frontières, etc. Ce sont ces organisations qui établissent les états des besoins humanitaires et nous essayons de répondre aux requêtes de ces organisations travaillant en contact direct avec les réfugiés. La commission veille à ce que l’aide parvienne directement aux sinistrés et contribue à alléger leur peine.
Certains observateurs présents sur place contestent la lenteur de la réaction des organisations internationales. Qu’en dites-vous?
La commission européenne a débloqué son aide humanitaire de trois millions d’euros depuis vendredi dernier, soit trois jours après le début d’affluence des étrangers en dehors de la Libye. Je ne pense vraiment pas qu’il y ait eu du retard. Toutefois, l’assistance humanitaire par laquelle transitent les aides de la commission prend quelques jours pour se mettre en place. C’est ce qui explique plutôt la réaction des observateurs, en plus de la croissance de l’affluence des réfugiés, d’où de nouveaux besoins.
Et pour ce qui est d’un éventuel déploiement d’une logistique de transport des réfugiés égyptiens vers leur pays?
Je constate en effet l’existence de ce problème. Mais, la mission de la direction générale de l’humanitaire, que je représente, se limite aux volets de l’assistance sur place aux réfugiés. Le volet du transport ne fait pas partie du champ de nos activités.
Interview conduite par Mourad SELLAMI


Fermeture provisoire des frontières pour éviter le chaos
La frontière a été provisoirement fermée du côté tunisien du poste frontalier à Ras Jedir, hier en milieu d’après-midi. «C’est une décision provisoire pour éviter que le chaos ne s’installe car les structures locales ne peuvent plus gérer le flux grandissant des réfugiés», explique Hassine, syndicaliste et membre du Comité de sauvegarde de la révolution à Ben Guerdane.
Plus de 20.000 personnes, notamment des Egyptiens, attendent du côté libyen de la frontière.
Par ailleurs, et après l’imposition d’un visa pour les Tunisiens depuis vendredi dernier, la frontière libyenne a été, également, annoncée fermée par l’armée libyenne. L’accès en Libye est désormais interdit.


M.S.




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com