Enquête pour crimes contre l’humanité en Libye : Kadhafi et ses fils dans la ligne





Le procureur de la Cour pénale internationale a annoncé hier l’ouverture d’une enquête pour crimes contre l’humanité en Libye, visant le colonel Kadhafi, ses fils et plusieurs hauts responsables libyens.


 Le Quotidien-Agences
 «Nous souhaitons vous annon­cer que le 3 mars 2011 le bureau du procureur a décidé d’ouvrir une enquête pour crimes qui auraient été commis contre l’humanité en Libye depuis le 15 février», a déclaré Le procu­reur de la Cour pénale interna­tionale Moreno-Ocampo lors d’une conférence de presse à La Haye.
«Nous avons identifié certains individus qui jouissent d’une autorité de facto, qui auraient une autorité sur les forces de sécurité qui auraient commis ces crimes», a poursuivi le procureur.
«Il s’agit de Mouammar Kad­hafi, de son cercle rapproché y compris ses fils, qui avaient un pouvoir de facto», a-t-il précisé.
«Mais nous avons également identifié des individus qui jouis­sent d’une autorité formelle» et qui «pourraient être tenus pour responsable aux yeux de la loi», a continué le magistrat argentin.
Il s’agit, a-t-il précisé, du «mi­nistre des Affaires étrangères, du chef du service de la sécurité du régime et du renseignement militaire, du chef de la sécurité personnelle de Kadhafi et du chef de l’organisation de sécu­rité interne».
«Nous voulons saisir cette occasion pour notifier que si les forces dont ils ont le comman­dement commettent des crimes, ils pourraient être tenus pour responsable pénalement», a dit le procureur.
Il a indiqué s’attendre à ce que des mandats d’arrêt soit délivrés par les juges de la CPI «dans quelques mois».
Selon la Ligue libyenne des droits de l’Homme, la répression a fait 6.000 morts, dont 3.000 à Tripoli et 2.000 à Benghazi un bilan nettement plus important, dans cette dernière ville, que les 220 à 250 morts avancés par des sources hospitalières locales et le CICR.
Le bureau du procureur de la CPI avait indiqué plus tôt dans la semaine être «en contact avec l’ONU, l’Union africaine, la Ligue des États arabes, et plusieurs États».
La CPI est le premier tribunal permanent chargé de poursuivre des auteurs de crimes de guerre, de crimes contre l’humanité et de génocide commis depuis 2002.
Prisonniers
Sur le terrain, Une centaine de combattants loyaux au co­lonel Mouammar Kadhafi ont été faits prisonniers par l’oppo­sition armée avant-hier à Brega, port à l’est de Tripoli, lors d’affronte­ments violents, a déclaré hier un porte-parole des insurgés.
«Nous avons fait beaucoup de prisonniers, pas moins d’une centaine», a déclaré sous le couvert de l’anonymat ce porte-parole de l’opposition basée à Benghazi, épicentre de la contestation à 1.000 km à l’est de Tripoli.
A Brega, un responsable de l’hôpital de la ville, le Dr Abdel­fattah Al-Moghrabi, a indiqué que cinq assaillants, «trois Li­byens et deux Africains», avaient été faits prisonniers par les re­belles, précisant qu’ils avaient été conduits à Benghazi pour interrogatoire.
Brega, un site pétrolier impor­tant mais aussi un des verrous contrôlant l’accès à Benghazi, a été le théâtre mercredi d’une contre-offensive des troupes libyennes, appuyées par l’avia­tion et l’artillerie lourde.
Cette ville a été bombardée à plusieurs reprises jusque tard dans la soirée. Au moins douze personnes ont péri dans ces affrontements, selon Moghrabi.
Une nouvelle frappe aérienne a visé Brega hier matin mais aucune victime n’était à déplo­rer, selon Moghrabi.
Des sources concordantes ont en outre affirmé qu’au moins cinq habitants de Brega avaient été capturés lors de cette contre-offensive.
A Ajdabiya, à 150 km au Sud-Ouest de Benghazi, des dizaines d’autres personnes ont trans­porté les cercueils de cinq vic­times vers le cimetière.
«Le sang des martyrs ne sera pas versé en vain», «Kadhafi va-t’en, les Libyens ne veulent plus de toi», ont-ils lancé.
Le porte-parole de l’opposition a également annoncé un ren­forcement de l’armée régulière avec des «mercenaires».
«Aujourd’hui, il semble que Kadhafi renforce ses forces avec des mercenaires. Des témoins ont vu des troupes (et des mer­cenaires tchadiens) se dépla­çant vers Ras Lanouf. Nous attendons de voir s’ils attaquent ou s’ils renforcent la ligne avant Syrte».
Syrte, ville natale du colonel Kadhafi située à 600 km à l’Est de Tripoli, est encore entre les mains des forces gouvernemen­tales, alors que de nombreuses villes de l’Est du pays sont contrôlées par l’opposition. Ras Lanouf est située entre Syrte et Brega.




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com